Vendredi était le dernier jour du Forum social mondial. Au cours d’une conférence organisée par le Conseil des Ong d’appui au développement, les voix se sont élevées pour qualifier diversement la situation de crise que vit la Côte d’Ivoire. Des positions souvent contradictoires. Zongo, un humoriste ivoirien, a le premier déridé l’assistance en déclarant, pince sans rire : « Nous, en Côte d’Ivoire, on a tellement prié pour avoir un président que Dieu nous en a donné deux. » Un humour qui n’a pas réussi à apaiser les débats tendus.

Alioune Tine de la Rencontre africaine des Droits de l’homme a estimé que si Laurent Gbagbo restait au pouvoir, ce serait une défaite de la démocratie africaine. Pour lui, les intellectuels africains qui défendent le président battu sont inconscients. Une position que ne partage pas Gorgui Dieng, professeur au Département d’anglais. Selon lui, dire que les intellectuels qui défendent Gbagbo sont corrompus, c’est un leurre. A ses yeux, il y a de sérieuse réserve à la victoire d’Alassane Ouatarra.

Amadou Aly Kane préconise de choisir un autre homme qui va assurer une transition pacifique en Côte d’Ivoire. A son avis, ni Gbagbo, ni Ouatarra, ni Soro, ni Bédié ne peuvent présider aux destinées de la Côte d’Ivoire : « Ouatarra ne peut pas gouverner parce qu’il y a une large frange de la population qui le considère comme un étranger. Gbagbo est un imposteur, Bédié est hors-jeu ainsi que Soro. »

Ely Madiodio Fall, un homme politique sénégalais, s’oppose pour sa part à l’immixtion de la Cedeao (Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) dans la crise ivoirienne. Avec emphase, il déclare : « Je m’opposerai corps et âme à ceux qui veulent envoyer des soldats sénégalais combattre leurs frères ivoiriens. Il faut trouver une solution où il n’y a pas de tueries. Ce qui est sûr, c’est que l’Onu applique une justice à deux vitesses. A-t-on entendu l’Onu parler des centaines de morts en Egypte ? » Koffi Yego, un intellectuel ivoirien invite les Nations unies a appliqué l’ingérence humanitaire pour sauver des vies en Côte d’Ivoire.

Khady Lo (Dakar)

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022