Vendredi était le dernier jour du Forum social mondial. Au cours d’une conférence organisée par le Conseil des Ong d’appui au développement, les voix se sont élevées pour qualifier diversement la situation de crise que vit la Côte d’Ivoire. Des positions souvent contradictoires. Zongo, un humoriste ivoirien, a le premier déridé l’assistance en déclarant, pince sans rire : « Nous, en Côte d’Ivoire, on a tellement prié pour avoir un président que Dieu nous en a donné deux. » Un humour qui n’a pas réussi à apaiser les débats tendus.

Alioune Tine de la Rencontre africaine des Droits de l’homme a estimé que si Laurent Gbagbo restait au pouvoir, ce serait une défaite de la démocratie africaine. Pour lui, les intellectuels africains qui défendent le président battu sont inconscients. Une position que ne partage pas Gorgui Dieng, professeur au Département d’anglais. Selon lui, dire que les intellectuels qui défendent Gbagbo sont corrompus, c’est un leurre. A ses yeux, il y a de sérieuse réserve à la victoire d’Alassane Ouatarra.

Amadou Aly Kane préconise de choisir un autre homme qui va assurer une transition pacifique en Côte d’Ivoire. A son avis, ni Gbagbo, ni Ouatarra, ni Soro, ni Bédié ne peuvent présider aux destinées de la Côte d’Ivoire : « Ouatarra ne peut pas gouverner parce qu’il y a une large frange de la population qui le considère comme un étranger. Gbagbo est un imposteur, Bédié est hors-jeu ainsi que Soro. »

Ely Madiodio Fall, un homme politique sénégalais, s’oppose pour sa part à l’immixtion de la Cedeao (Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) dans la crise ivoirienne. Avec emphase, il déclare : « Je m’opposerai corps et âme à ceux qui veulent envoyer des soldats sénégalais combattre leurs frères ivoiriens. Il faut trouver une solution où il n’y a pas de tueries. Ce qui est sûr, c’est que l’Onu applique une justice à deux vitesses. A-t-on entendu l’Onu parler des centaines de morts en Egypte ? » Koffi Yego, un intellectuel ivoirien invite les Nations unies a appliqué l’ingérence humanitaire pour sauver des vies en Côte d’Ivoire.

Khady Lo (Dakar)

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022