Durant la dernière conférence des rencontres, portant sur « la e-inclusion des jeunes générations », l’élément qui a retenu le plus notre attention n’est pas venu de la table ronde. Il faut dire que nos discussions avec les gens d’ATD Quart Monde nous avaient déjà sensibilisés à la fracture numérique en France. Ce qui a attiré notre attention ainsi que celle de la salle, c’est l’intervention d’une personne de l’auditoire, qui a évoqué la fracture numérique que les pays d’Afrique subissent aujourd’hui.

Mamadou Bachir Bah est étudiant à Grenoble et Président de l’Association des Guinéens de l’Isère (AGIS). Il nous rappelle tout d’abord l’importance de l’outil informatique dans sa vie d’étudiant et comment depuis deux ans qu’il est en France, il a dû travailler pour rattraper son retard dans la maîtrise de cet outil afin qu’il puisse étudier dans de bonnes conditions. Il évoque aussi comment les Africains venant en France pour leurs études supérieures sont souvent confrontés aux mêmes difficultés et comment par exemple ils se retrouvent handicapés dans les disciplines informatiques alors que dans les autres domaines ils performent très honorablement. N’ayant parfois jamais vu un ordinateur, ils ont souvent besoin de faire d’importants efforts pour se remettre à niveau. La raison de cette situation semble à la fois trop simple et trop banale : en Afrique, la difficulté d’accès au numérique n’est souvent qu’un fossé de plus qui se creuse, et vient s’ajouter aux problèmes d’accès à l’éducation, à l’énergie et plus généralement au développement.

Mamadou évoque alors sa discussion avec le Président du Sénégal, Abdoulaye Wade, lors de sa visite à Grenoble en décembre dernier. En particulier, leur échange a porté sur la création du Fonds de Solidarité Numérique (FSN) à Genève. Ce fonds devrait disposer de ses propres moyens afin de financer des projets en Afrique visant à réduire la fracture numérique et à l’utilisation des technologies de l’information et des communications dans les projets de développement.

Plus modestement, Mamadou nous parle à l’échelle de l’association AGIS du lancement de l’opération « Un livre pour la Guinée ». De nombreux jeunes ont réagi à l’initiative en suggérant de remplacer le livre par un ordinateur : « avec un PC, on aurait des milliers de livres accessibles via internet ».

Essi Gnaglom / Cédric Roussel

Essi Gnaglom

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022