Que fait le maire de Pointe-à-Pitre aux Jéru ?

Jacques Bangou : Nous sommes ici pour échanger nos expériences. Pointe-à-Pitre est en pleine rénovation urbaine et le centre ville évolue. Cela ne s’est pas fait sans difficultés, mais nous sommes assez satisfaits des résultats. Les nouveaux logement sociaux du centre ville font l’unanimité au point que les jaloux disent : « vous donnez ces beaux endroits à des racailles ? »

Il y a-t-il des quartiers sensibles autour de la capitale de la Guadeloupe ?

Il y a le quartier Henri IV. On pourrait le comparer aux cités de Montfermeil (ndlr : où se trouve la cité des Bosquets). Ceci dit les problèmes ne sont pas tout à fait les mêmes. Point-à-Pitres est une capitale régionale, mais la ville n’est habitée que par 20.000 habitants. C’est le plus petit territoire urbain de France.

Les problèmes sont-ils les mêmes que dans les quartiers métropolitains ?

Sur certains aspects, ils sont pires. Le chômage des jeunes atteint des records. 53 % d’entre eux sont sans emplois. En revanche, les questions suscitées  par les populations d’origines différentes ne se posent pas, même si l’immigration haïtienne suscite quelques réactions de xénophobie.

La France est-elle toujours l’eldorado pour les Guadeloupéens en recherche d’emploi ?

L’eldorado, non. Le dernier recours, oui.

La misère est-elle moins pénible au soleil ?

La misère reste la misère. Elle est insupportable où qu’elle soit. Reste qu’à Pointe-à-Pitre, il me semble que le lien social et la solidarité entre habitants sont  plus forts que dans les quartiers sensibles de la métropole.

Propos recueillis par Idir Hocini

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022