[BONDYBLOG-US] A New York, l’annonce du résultat de la victoire de Donald Trump a jeté la ville aux mille lumières dans le silence. Les Démocrates sont abasourdis, les électeurs de Trump célèbrent une victoire « historique« . Reportage. 

Times Square est restée Times Square cette nuit : elle brille comme d’habitude, elle brille de mille feux. Mais, ce soir des lumières qui illuminent les visages sombres et inquiets de ceux qui sont venus là en espérant célébrer la victoire d’Hillary Clinton.« Je ne voulais pas rester chez moi pour ce moment historique, j’avais envie d’être avec les gens pour faire la fête mais je ne m’attendais pas à ça ». Shira, 20 ans, a la mine défaite des très mauvais jours. « J’ai mal au ventre. Tellement de gens ont de la haine les uns contre les autres. Trump a tellement utilisé les préjugés ». A quelques mètres, Alice affiche le même visage désabusé, les yeux rivés sur son téléphone à mettre à jour les résultats de l’élection. « Non ce n’est pas possible. Trump président, c’est un désastre, pour l’économie, pour nos relations internationales. C’est un désastre sur tous les plans. Je n’avais pas du tout imaginé ça ». A quelques mètres, Gilian a aussi la gueule de bois. « Je ne pensais pas que la soirée allait prendre cette tournure, j’étais venue pour faire la fête. C’est fou ce qui se passe. Je suis désorientée, ce pays va dans la mauvaise direction, nous reculons de 800 ans et tout ce que nous avons fait ces dernières années va être détruit. C’est dur de voir son pays sombrer comme ça ». « Personne n’avait imaginé ça, rebondit son amie Shavani. On pensait que c’était une blague. Les années à venir sont inquiétantes. Mais ce n’est pas la fin, nous devrons travailler deux fois de plus pour pas que le pays sombre complètement ».

Après les hourras, silence au Javits Center et le « Rentrez chez vous » de John Podesta

Le sol a l’air de se dérober sous les pieds des New Yorkais et encore plus au Javits Center où les partisans d’Hillary Clinton se sont réunis. « Je préfère partir avant de voir la fin », confie un père de famille accompagné de sa fille. Ici, si les hourras explosaient à chaque Etat remporté par la candidate démocrate, les cris se sont faits moins forts au fil de la soirée. Puis le silence. Dans l’air,  une des chansons entendues souvent lors des meetings d’Hillary Clinton, « What doesn’t kill you make you stronger » (ce qui ne tue pas rend plus fort). Une chanson qui résonne autrement ce soir… Il est 2 heures, dans la longue nuit new yorkaise, le directeur de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta arrive au pupitre pour annoncer qu’Hillary Clinton ne prendra pas la parole ce soir. « Rentrez chez vous et dormez et nous aurons plus à nous dire demain ».

Pourtant, les résultats qui arrivent parlent déjà et confirment bien la grande avance de Donald Trump. A deux pas, Julian, un sympathisant  républicain, dit, dans un sourire, être venu « célébrer l’élection de notre nouveau président« . « J’ai voté Trump et je suis très heureux, je l’apprécie. Je passe une très bonne soirée ». 

A New York, à l’heure où j’écris ces lignes, Donald Trump, l’homme d’affaires, l’ex-présentateur d’une émission de télé-réalité vient d’être officiellement élu 45ème président des Etats-Unis d’Amérique. « Le moment est historique », clame Mike Pence, le futur vice-président. Dans les rues de New York, des murmures partout, des mines abasourdies. L’air est incroyablement doux, et ce qui se passe aussi, est incroyable.

Latifa OULKHOUIR

Pour suivre l’élection présidentielle américaine, suivez notre envoyée spéciale Latifa Oulkhouir à New York sur le site spécial du Bondy Blog

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022