Le mot « bled » donne des sueurs froides à beaucoup. Ils se souviennent avec effroi des conjugaisons, pronoms et adverbes de ce bon vieux manuel de tortures, pardon, de grammaire. Mais ce bled-là peut en cacher un autre, associé, notamment, aux vacances chez papy, mamy, tonton ou tata. Avec tous les cousins et toutes les cousines ! Le bled, vaste programme.

Dans les pays de langue arabe, bled désigne le terrain. Pour les immigrés et leurs descendants, il signifie le pays, le village d’origine. Ce mot est abondamment utilisé par les jeunes, il est devenu aussi courant qu’un smiley sur la Toile, ou un lol dans une conversation. Il est ce petit mot que tout le monde s’est approprié. Les Maghrébins, les Maliens, les Portugais, les Bretons et même les Suisses (où l’on dit qu’on fait le tour du bled pour le tour du village) en font usage. Le bled, c’est un peu l’origine du monde de chacun.

Le bled, c’est-à-dire cet endroit qu’on situe généralement l’autre côté de la Méditerranée, évoque la sérénité, le calme, la nostalgie, de doux souvenirs. Il incarne ce qu’on n’a pas chez soi, une aisance, de l’espace. Il ressemble à une grande maison à la campagne mais proche de la mer. Il implique un changement de monnaie : de l’euro au dirham, au dinar, au franc CFA… D’autres, à l’inverse, ne peuvent pas voir le bled en peinture. Ces malheureux ne supportent pas l’air de campagne, se sentent abandonnés, loin qu’ils sont de la technologie et de la pollution. Ils ont peut-être peur de s’habituer, de devenir péquenot. Non, blédards !

Une perspective qui fait frémir. Jugez-en ! Au collège, au lycée, le mot « bled » peut être fort utile. Il a ici le sens de « bagne ». Au moindre problème de discipline, risque d’exclusion, la carte bled tu utiliseras. Exemple : « Mais faites pas ça, M’sieur ! Sinon mes parents ils vont m’envoyer au bled ! » La punition qui tue. L’élève insistera sur les dures conditions de vie « là-bas », histoire d’apitoyer le prof.

Dans un tout autre registre : le bled comme thalasso. Le bled est une destination idéale pour ceux qui ont besoin de respirer, ont l’impression d’exploser. Au bled tu décompresseras. Ni ordinateur, ni télévision, ni coca-cola ! La mer qui te berce, les balades à dos d’ânes, les plats de la grand-mère, les tours à vélo dans la cambrousse, les soirées à écouter les tontons jouer de la guitare, les histoires abracadabrantesques… Il se peut toutefois qu’au bout de deux mois, le Selecto, les promenades au souk et l’absence de Facebook te gavent. La vie façon Koh Lanta (la bonne bouffe en plus), ça lasse.

Et pour vous, c’est quoi le bled ?

Jasmin Nahar

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022