SEMAINE SPÉCIALE BRUXELLES. En immersion à Molenbeek, nos rédacteurs publieront chaque jour des reportages, des portraits ou encore des enquêtes liés à cette commune. Des articles que vous retrouverez simultanément sur le site du Bondy Blog Bruxelles.

Paris, gare du Nord, quai 8. Pénélope, appareil photo rivé au cou, fume son clope, alterne les bouffées tabagiques avec les clichés, valises rouge à ses pieds. Samir ne tarde pas à la rejoindre. Lui monte directement. Il est presque dix heures seize et Pénélope n’en finit de prendre des photos. Un agent Thalys lui demande  » vous partez ? ». Sourire, elle montre son billet et laisse sa valise à l’entrée du couloir. Les autres blogueurs sont déjà à leur place, massés autour du siège 93. Cocasse pour des rédacteurs du Bondy Blog.  Le siège numéro 93 est occupé par Kozi, plaqué contre le hublot. Il prépare ses sujets, comme aspiré par son Mac ouvert sur une page de Libé, traitant de Molenbeek. Agenda ouvert, il prend frénétiquement des notes. Côté opposé, siège 96, Pénélope s’est enfin installée, le siège à côté d’elle est libre, elle se met à son aise, avec toujours la gâchette de l’objectif qui claque et fige les instants. Plus loin, sièges 97 et 98, Samir et Ulrich, côte à côte, discutent. Quelques bribes se hissent au-dessus de la mêlé langagière, avec des sujets divers : football, économie, un peu de politique aussi… Sabrina, en face, se joint parfois à la conversation…  On se passe des bonbons, des fruits secs, de mains en mains, ça navigue entre les sièges. Temps suspendu, file indienne policière, contrôle d’identité, on se tait. Portefeuilles et cartes surgissent. Les agents les reluquent un moment. « Pourquoi allez-vous à Bruxelles ? » et autres questions de rigueur tombent les unes derrières les autres. Ils disparaissent.

Retour à la normale. Pénélope de demander « y a de la wifi dans le train ? ». Kozi répond que oui et lui montre la manœuvre… Et elle aussi alors de naviguer sur le net, histoire d’approfondir ses sujets.

Cette voix familière des trains qui résonne, légèrement teintée d’accent belge. « Bruxelles », annonce-t-elle. On chemine par le couloir, Samir qui regarde son portable, amusé, lance : « 11 heures 47 et on arrive à Bruxelles Midi ». Et la petite bande du Bondy Blog se regroupe sur le quai. On avance vers le tapis roulant descendant, une inquiétude, « vous avez les numéros des Jonathan et Amandine ? ». Un « oui », quelques « non », on farfouille son portable, la correspondance mail, mais voilà, ils ne sont pas loin. Présentations faites, Jonathan, enjoué, déroule le programme, mais ce n’est pas encore le moment de rejoindre l’IHECS, il faut attendre Leïla qui arrive de Douai. On a le temps de fumer un autre clope, on parcourt la gare, avec une fresque de Tintin, journalisme et bande dessinée, on est bien à Bruxelles. Discussions, Amandine qui évoque la capitale belge, son parcours à elle, mais aussi Le Bondy Blog Bruxelles, destiné essentiellement aux étudiants en Master 1 en journalisme de l’IHECS. Ces derniers n’ont pas toujours le temps de poursuivre leur collaboration avec le BBB à cause d’un emploi du temps chargé. On apprend que l’école a vu le nombre de ses étudiants augmenter ces dernières années. Pas de concours pour y entrer, l’inscription, contrairement aux écoles françaises et peu onéreuse… Leïla vient de rejoindre le groupe, c’est bon. On peut se mettre en route. Distribution de tickets. Rien à voir avec le petit ticket parisien, ici, c’est rectangle arrondi, rose, on valide, et on prend le pré métropolitain bondé, serré. Les conversations glissent, on apprend à se connaître, questions banales, ce que vous faites dans la vie, pourquoi, ce que vous voulez faire plus tard, pourquoi écrire au Bondy Blog…

IHECS, rue de l’Étuve. Ascenseur tagué, on monte, deux groupes, 4ème étage, locaux du Bondy Blog Bruxelles. Assis, deux jeunes hommes attendent leurs compères franciliens. Pénélope sourit en voyant l’édition de « Libé au kärcher » épinglée sur une étagère.

 Et le groupe francilien de se marrer, c’est qu’on aimerait avoir des locaux comme ça… On va demander à Nordine dès qu’on rentrera…

Visite de l’IHECS, le groupe des blogueurs parisiens se scinde en deux, l’un avec Jonathan, l’autre avec Amandine. On parcourt l’école à l’ambiance détendue de campus. Quelques rires qui fusent ici ou là, dans les travées des couloirs, toujours ces jeunes, pressés, qui passent, on dérange un peu la radio associative du campus, régie 5, juste avant leur direct de 13 heures…

En parlant de 13 heures, il est peut-être temps de manger, propose Amandine dans un sourire. Rendez-vous au sous-sol, petite salle jouxtant la cafétéria, chaîne de table disposée en U, tout le monde s’installe… Les idées de sujets commencent à prendre forme ici ou là. Mais ce n’est pas encore le moment. Jonathan et Pegah échangent au sujet de cette collaboration, cette idée inédite d’associer des bloggeurs et des étudiants en journalisme qui peut amener quelque chose de nouveau. Un traitement inédit, justement…  

Collation achevée. Retour au local du BBB. Autour de la grande table, parsemée de lampes, chacun se présente, lui, et les sujets qu’il voudrait couvrir, les start-up et l’économie de Molenbeek pour Ulrich, le culturel pour Leila, Kozi, lui, c’est la vie associative qui l’intéresse, Pénélope souhaiterait aborder la relation jeunes/police peut-être… On débat, on propose des pistes et l’on prend des notes. Et l’émission de vendredi, le Bondy Blog Bruxelles Café, aussi… Mais tout ça, c’est un programme que vous découvrirez les jours prochains…

Ahmed Slama

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022