On fait quoi ce soir, on va au cinéma ? L’étranger qui débarque à Dakar ne peut pas savoir que cette question, en vérité, est absurde. Il imagine sans doute que la capitale d’un pays qui s’appelle le Sénégal doit avoir toutes les commodités qui siéent à son rang. Pour le Dakarois, cinéphile de surcroît, la question n’est pas absurde, mais douloureuse. Depuis quelques années, on assiste à la fermeture des salles de cinéma à Dakar, tout comme dans le reste du pays.

Elles sont le plus souvent transformées en des structures plus rentables sur le plan financier. Ainsi le cinéma « Roxy » sur l’avenue Blaise Diagne s’est transformé en un centre commercial, et le cinéma « El Hadj » au quartier de la « Gueule Tapée », fermé le 15 avril dernier, attend son recyclage en discothèque. Lamine Sène, chef de salle du cinéma Liberté, est désespéré. « Il ne reste que deux salles à Dakar. Le cinéma est mort. » Les deux cinémas en question programment la plupart du temps des films indous, les seuls suffisamment populaires pour espérer vendre plus de 100 places.

Pour Ibrahima Barry, qui officiait comme chef de salle et guichetier au cinéma « El Hadj », « le cinéma ne marche plus à Dakar à cause des cassettes VHS, CD et autres DVD qui ont supplanté les 35mm [ndlr : films en pellicule, encore appelés bobines]. Dès qu’ils arrivent, les gens les gravent ». Ibrahima Barry reconnaît que l’époque est au numérique, mais estime que la qualité d’image et de son du 35mm est vraiment supérieure, avec aussi l’avantage de se conserver plus facilement et plus longtemps.

Dans son réquisitoire, Ibrahima Barry accuse également les nombreuses chaînes de télévision qui « diffusent certains films avant même qu’ils ne sortent en salle. Les gens n’ont plus besoin de se déplacer pour aller voir un film ». Des affirmations que confirme Lamine Sène, chef de salle au cinéma Liberté : « L’autre soir avant que le film de 23 heures ne commence, les jeunes qui étaient dehors disaient qu’il venait juste de se terminer sur la RDV [ndlr : une chaîne privée de Dakar]. »

Pour Lamine Sène les causes du désintérêt des gens pour le cinéma sont nombreuses. « En plus de l’explosion du numérique et des nombreuses chaînes satellitaires, il y a aussi l’insécurité qui prévaut actuellement dans la ville et dans les cinémas, qui sont devenus des lieux de rencontre pour toutes sortes de déviants. » Pour enfoncer le clou, Seyd Ababacar, qui tient le guichet à Liberté, déclare : « Autrefois, on ne fumait pas dans les salles, mais aujourd’hui certains clients franchissent la porte de la salle avec leurs cigarettes, et d’autres fument même du chanvre à l’intérieur. Je travaille dans un cinéma mais je ne permettrais ni à mes enfants ni à mes frères de le fréquenter. Maintenant le cinéma pervertit les mœurs. »

Et le tarif ? Ibrahima Barry nous éclaire : « Dans la plupart des salles de Dakar les billets varient entre 150 et 200 francs Cfa pour le « Guettou bey » [ndlr : partie de la salle la moins confortable où il y a souvent des chaises en fer] et entre 250 et 300 francs pour les fauteuils. Donc c’est pas cher .»

Comme les cinémas sont bien placés, ils reçoivent de nombreuses offres pour être transformés en centre commercial, voire en église ! Seyd Ababacar révèle ainsi que les groupes évangéliques protestants qui ont déjà acheté le cinéma El Akbar ont fait une offre très alléchante pour acheter aussi Liberté. Il a refusé. « On veut garder au moins le cinéma Liberté, pour le patrimoine de Dakar. »

Abdoulaye Sinkare (Dakar Bondy Blog)

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022