Au Salon National de l’Immobilier, qui s’est tenu Porte de Versailles du 19 au 22 mars et par ailleurs assez peu fréquenté, un stand n’a pas désempli : celui du Maroc. Les deux charmantes jeunes commerciales chargées de promouvoir l’achat d’un appartement ou d’une villa au Maroc n’arrêtent pas, pas le temps de prendre une pause. Il faut dire que le royaume de Mohammed VI a tout pour attirer les Français en mal d’exotisme… et d’économie.

« Cela fait un an que je suis à la retraite, nous confie Yves, qui a déjà bien assimilé les avantages du Maroc. J’habite actuellement à Courbevoie, et je veux vendre mon appartement pour passer la fin de mes jours au soleil. Comme le sud de la France c’est cher, j’ai pensé au Maroc. C’est à 2 heures d’avion, et en plus, vu le cours de la monnaie marocaine, je suis gagnant. Sans oublier les avantages fiscaux : pas de taxe d’habitation pendant 5 ans, ni d’impôt sur le revenu pendant deux ans, possibilité de percevoir ma pension dans un compte bancaire marocain. »

La plupart des personnes qui s’agglutinent autour du stand sont des retraités, à la recherche d’un peu de calme et de chaleur. « J’habite en plein Paris, dans le 20e où je suis née, nous dit Germaine. Mais depuis les années d’après-guerre, mon quartier a changé, je ne suis plus à l’aise. Les Marocains, eux, sont gentils et serviables, j’y vais souvent pour de courts séjours. Ils ont toujours un sourire, une amabilité ! Je suis tombée amoureuse de ce pays. J’ai réservé un bien immobilier à Tanger. Le promoteur m’a rassuré, le quartier sera fermé, gardé matin et soir, on pourra se rendre en ville grâce un service de transport spécial pour notre quartier. Je ne serai pas trop dépaysée, mes voisins sont francophones, et le plus agréable, c’est qu’on aura un jardinier, une coiffeuse, pour nous uniquement. Vous imaginez, le soleil, des gens à votre service, les pieds dans l’eau, ça va  me changer de mon 20e arrondissement ! »

Des retraités qui quittent notre douce France pour le pays du tajine, d’accord. Mais les Marocains  résidants en France, ils sont où ? En fait, pas très loin. Rachid, 60 ans, originaire d’Oujda, flâne autour des stands voisins. « Je suis propriétaire au Maroc, dit-il, j’ai une super belle villa. On est pas intéressé par les programmes proposés par le stand marocain, car ils vendent des biens loin de la ville. En plus, moi, aujourd’hui, je suis venu au salon car je cherche une maison en banlieue parisienne. Ma vie est ici ! La  villa au Maroc, c’est  juste pour quelques jours de vacances. Mes enfants sont ici, je ne me vois pas retourner définitivement au Maroc. »

Son épouse, Yasmina, abonde dans le sens de son mari : « On a quitté le Maroc dans les années 60, c’est pas pour y retourner définitivement. Notre vie est ici, on a plus vraiment d’attache affective au Maroc. Franchement je suis surprise de voir ces retraités français partir vivre là-bas. Je me demande comment ils vont faire. »

Idée de business pour jeune entrepreneur désirant faire bientôt la une de notre fameuse rubrique CAC93 : créer une plateforme d’échange de biens immobiliers pour retraités français en quête de soleil et immigrés marocains ayant construit leur belle villa au bled mais n’ayant plus envie d’y retourner… Le Bondy Blog ne prend pas de commission.

Chaker Nouri (Business Bondy Blog)

Chaker Nouri

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022