« Qui veut signer mon tableau sur Lehman Brothers ? » lance à la cantonade un homme dans la foule. Je me trouve au coin de la 745 de la 7e et de Broadway. Derrière l’homme d’une cinquantaine d’années, se dresse l’immeuble de Lehamn Brothers, la banque d’affaires qui, lundi, a fait plonger la bourse américaine et les places mondiales en se plaçant sous le chapitre 11 de la loi sur les faillites américaines.

La toile représente le visage d’un homme. Je prends du recul pour mieux le voir. La peinture représente la tête de Richard Fuld, le directeur général de cet établissement financier. Il y a également des annotations. Les gens s’attroupent autour de la toile. Le peintre dit : « Si vous travaillez ou avez travaillé pour Lehman Brothers, vous devez prendre un feutre vert, si ce n’est pas le cas, prenez un stylo noir. » Une personne prend un stylo noir et commence à écrire un message en bas du tableau pendant que je demande au peintre son nom et comment il a fait pour peindre aussi rapidement son tableau.

Geoffrey Raymond, l’auteur de cette œuvre express, me réponde : « J’ai voulu faire la peinture de Richard Fuld en liaison avec les évènements de Lehman Brother, tout en continuant à interpeler les passants. Mais en fait, j’ai commencé à le peindre il y a deux semaines environ, je l’ai juste fini hier soir. » Surpris, je lui demande alors s’il est devin, la faillite venant seulement d’être prononcée : « Pas du tout, dit-il, si vous suiviez correctement l’actualité économique dans le Wall Street Journal par exemple, il était facile de deviner que cela allait mal finir. »

Nous sommes interrompus par une employée de la banque, qui prend un stylo vert pour écrire quelques mots sur le canevas. Je me demande si elle va agonir d’injures ce pauvre Richard Fuld. Je me penche pour regarder alors qu’elle se baisse difficilement pour laisser sa trace dans le coin en bas à gauche. « Je resterai à jamais une fidèle de Lehman », écrit-elle avant de rendre le stylo à Geoffrey Raymond. Pas rancunière, la petite dame. J’aimerais lui demander si elle a été licenciée, mais elle demande qu’on la laisse tranquille.

Le peintre me voit me faire rembarrer et, avec un sourire goguenard, il me dit : « L’objectif de ce tableau, c’est justement de permettre aux gens, et notamment aux employés qui vont être licenciés, de s’exprimer sur la faillite. » Geoffrey Raymond n’a pas perdu le nord : il vend ses tableaux entre 3000 et 15 000 dollars. « Allez voir sur mon site, j’ai fait plein d’autres tableaux. J’en ai fait un sur McCain et Obama. » Sur ces mots, je prends congé de ce Cassandre des temps modernes, me disant qu’il ne doit pas être bon d’avoir chez soi une de ses toiles.

Axel Ardes, New York (retrouvez-le sur son blog de 20.Minutes.fr)

Axel Ardes

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022