Si les Algériens habitent un peu partout dans l’île, les échoppes maghrébines sont concentrées dans la rue Jean Talon, entre le marché et la station Saint-Michel. Leur nombre a progressivement augmenté durant les années 1990, les années noires du terrorisme algérien. Ils parlent français et la plupart sont diplômés, ce qui en fait des candidats jugés valables à l’immigration au Québec, beaucoup plus permissif dans le domaine que la France, pays historique de l’émigration algérienne.

Immigrer dans la Belle Province est jugé un poil plus avantageux que le transfuge en région parisienne. D’après les témoignages recueillis, il y a moins de racisme au Nouveau Monde. Certains se sont sentis en effet un brin indésirables durant leur séjour en France « mais du racisme il y en a partout, même en Algérie », tempère un de mes interlocuteurs. Malgré leurs diplômes, beaucoup d’Algériens doivent recommencer à zéro, en occupant des emplois à mille lieux de leurs compétences, comme celui de boulanger. Alors que les boulangeries sont rares dans le reste de Montréal, le quartier algérien en possède un bon nombre où on vend du pain fait selon la tradition française, signe que malgré un petit reproche fait à la France pour ses visas donnés au compte-goutte, on ne rechigne pas à rappeler « qu’on partage cette grande sagesse avec les Français: notre amour pour le pain qu’on fait découvrir aux Québécois », dixit Omar le boulanger.

Les Algériens de Montréal subissent-ils des discriminations ? Vivent-ils bien leur religion ? Comment sont-ils perçus du reste de la population ? En gros, « ça va ». À peine reconnaît-on que les attentats du 11 septembre ont provoqué un grave amalgame dans des pans entiers de l’opinion publique. Mais même cela, ce serait « la faute des médias ».

Idir Hocini (Québec)

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022