Si les Algériens habitent un peu partout dans l’île, les échoppes maghrébines sont concentrées dans la rue Jean Talon, entre le marché et la station Saint-Michel. Leur nombre a progressivement augmenté durant les années 1990, les années noires du terrorisme algérien. Ils parlent français et la plupart sont diplômés, ce qui en fait des candidats jugés valables à l’immigration au Québec, beaucoup plus permissif dans le domaine que la France, pays historique de l’émigration algérienne.

Immigrer dans la Belle Province est jugé un poil plus avantageux que le transfuge en région parisienne. D’après les témoignages recueillis, il y a moins de racisme au Nouveau Monde. Certains se sont sentis en effet un brin indésirables durant leur séjour en France « mais du racisme il y en a partout, même en Algérie », tempère un de mes interlocuteurs. Malgré leurs diplômes, beaucoup d’Algériens doivent recommencer à zéro, en occupant des emplois à mille lieux de leurs compétences, comme celui de boulanger. Alors que les boulangeries sont rares dans le reste de Montréal, le quartier algérien en possède un bon nombre où on vend du pain fait selon la tradition française, signe que malgré un petit reproche fait à la France pour ses visas donnés au compte-goutte, on ne rechigne pas à rappeler « qu’on partage cette grande sagesse avec les Français: notre amour pour le pain qu’on fait découvrir aux Québécois », dixit Omar le boulanger.

Les Algériens de Montréal subissent-ils des discriminations ? Vivent-ils bien leur religion ? Comment sont-ils perçus du reste de la population ? En gros, « ça va ». À peine reconnaît-on que les attentats du 11 septembre ont provoqué un grave amalgame dans des pans entiers de l’opinion publique. Mais même cela, ce serait « la faute des médias ».

Idir Hocini (Québec)

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022