Ce n’est pas la première fois que la Suisse légifère sur des questions religieuses, mais c’est la première fois que son peuple adopte un article constitutionnel de nature xénophobe, dirigé contre une population plus ou moins définie : les musulmans. Pourquoi xénophobe ? Parmi les 400 000 musulmans vivant en Suisse, certains ont la nationalité helvétique, mais dans l’esprit des citoyens de ce pays, le fait islamique est associé à des provenances étrangères. Jamais, dans les années 70, époque « riche » en référendums proposant de diminuer la population étrangère présente sur le territoire de la Confédération, les électeurs n’avaient dit « oui » : sursaut moral au dernier moment ou intérêt économique bien compris.

Cette fois-ci, un pas a été franchi, celui de la stigmatisation par le vote. Ce mot fort – stigmatisation – est parfois utilisé à tort et à travers ; il est ici parfaitement justifié. C’est toute une population qui se sent visée, rabaissée, non désirée, par un texte qui fait figure de prétexte : la Suisse compte quatre minuscules minarets. Les Suisses, comme souvent, ont voté, entre eux, sûrs de leurs bons droits démocratiques. Mais à l’étranger, cette zone immense dont ils ont tendance à faire abstraction, on les regarde, on les observe.

De la même manière qu’ils n’ont pas hésité à s’assoir sur un tabou – on ne s’attaque pas à des personnes en raison de leurs origines ethniques ou religieuses –, la communauté internationale, vaste entité, pourrait être amenée à s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays qui joue dangereusement avec ses jouets démocratiques. Mais une intervention diplomatique extérieure sur un sujet aussi brûlant pourrait avoir l’effet inverse à celui recherché : une sympathie avec les Suisses qui ont supposément osé voter tout haut ce que beaucoup votent tout bas.

Les rapports entre l’Occident et l’islam sont tendus. Or ce n’est pas agir en responsabilité que d’envoyer, tête d’autruche dans les urnes, des messages aussi puérils que « quatre minarets, ça suffit ». Le refus de l’autre, qui plus est lorsque cet autre est un voisin de palier, ne produit que des malheurs.

Antoine Menusier

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022