Il est 12h45 quand l’auditoire sort d’une conférence matinale sur le business social. L’heure de la pause déjeuner a sonné, le lunch comme on dit ici. Il s’agit peut-être du moment le plus important de la journée. Lors de la cérémonie d’ouverture, c’était nouilles pour tout le monde. Assis dans tous les recoins de la salle des congrès, les jeunes avaient pris possession des lieux et entamaient les présentations. Aujourd’hui ils sont unanimes: le repas est le moment le plus propice pour refaire le monde.

D’ailleurs ce midi we make a better world autour d’une assiette de carottes râpées et de petits club sandwich, un menu pas vraiment exotique contrairement aux  gens qui se sont naturellement agglutinés autour des tables. À l’une d’elle, Fatema des Émirats arabes unis, Albert et Cyril du Ghana et Chris et Robert d’Angleterre  échangent à un rythme effréné sur les différences culturelles. Pour Chris, “ici, on met des visages sur des noms, on sort du virtuel, de Facebook. C’est comme une famille, des frères, des sœurs.”

Plus loin, assises par terre, trois filles originaires du Canada, d’Argentine et de Pologne grignotent tout en confessant que c’est ici qu’elles trouvent les meilleures idées. “C’est très inspirant. On échange sur des sujets qui nous passionnent, pour lesquels nous avons un intérêt en commun. Parfois vous avez des idées mais pas la force ou les moyens de les faire aboutir. Ici on repart avec quelque chose entre les mains.

Le repas est  à l’image de l’objectif fixé par le sommet du One Young World : réunir des jeunes  du monde entier dans un même lieu et au même moment pour faire naître les meilleures idées.  Pendant que la totalité de la salle échange dans la bonne humeur, un coin silencieux du buffet échappe à l’effervescence générale, un bout de  table ravagé comme après le passage d’une tornade, où une poignée de jeunes de tous les continents boivent religieusement les paroles d’un grand sage discourant la bouche pleine : « un buffet s’attaque toujours par le centre, mais gardez toujours une ouverture sur les ailes, ça m’a permis tantôt de déborder Concuélla sur la droite pendant que j’empêchais Chang d’atteindre les petits fours à revers. Quant au petit coup de coude au moment opportun qui a fait volé ton assiette, mon petit  Eto, ça s’appelle la planchette Al Bundy, ça permet de vider l’assiette du voisin dans la tienne mais faut de la bouteille pour la placer celle-là». Idir maître ès buffet…

Joanna Yakin, Idir Hocini (Zurich Bondy Blog)

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022