Le mois d’août à Oran, c’est plage et surtout mariages. En cette soirée du jeudi 14, la musique bat son plein dans un quartier proche du centre-ville. Le raï se mêle à la house, la pop music, le chant marocain et l’alaoui. « Saragossa » de Cheb Bilal, tube de l’été, marque son territoire, alors que les intemporels de Cheb Hasni et Khaled refont surface. Trois DJ choisis avec grand soin alimentent un fracas résonnant dans tout le voisinage. Les jeunes filles du village se sont permis les extravagances dernier cri : tatouages arabesques sur le dos, les pieds, les mains, les bras ou le cou, chignons à paillettes, décolletés, robes moulantes à strass…

Peu importe qui se marie, on oublie les rites : ces filles viennent repérer les tenues à la mode, s’amuser, se libérer d’un quotidien parfois étouffant et danser sur des rythmes enivrants. L’euphorie va durer jusqu’à l’aube.

Je suis invitée à Cité Piti. J’assiste à un « mariage mixte », comme on dit (hommes et femmes font la fête dans la même salle). La mariée, Yamina, 26 ans, est une enfant du pays. Le marié, Kader, 39 ans, vit en Belgique. Les deux Oranais sont originaires du même quartier, El Ckmül, et comptent entamer leur nouvelle vie à Bruxelles. Mohamed a réuni cet été sa sœur et ses neveux venus de Clichy-sous-Bois, des cousins résidant dans d’autres villes de France et le reste de la famille d’Algérie.

Le jeudi est traditionnellement le jour où la famille du marié se rend chez la famille de la nouvelle épouse. L’ensemble rejoint ensuite en cortège, sur fond de youyous et rythmes saccadés du karkabou*, le domicile des parents de l’époux, où se trouve la chambre nuptiale. C’est l’occasion de quatre nuits de fête consécutives.

Mohamed et Yamina ont fait les choses autrement. Ils ont organisé le même jour, la fetha, où l’imam procède à l’union religieuse, la cérémonie du henné suivie de l’exposition des cadeaux et bijoux octroyés à la mariée. Le soir, après ces rites qui ont coutume le mardi, un cortège de voitures a mené le nouvel époux et ses proches chez les parents de la nouvelle épouse, le lieu où tous les invités feront la fête. La mariée, elle, changera plusieurs fois de tenues au cours de la soirée et dansera à son gré avec son mari et les convives.

Fini, le mariage qui dure près d’une semaine. La cérémonie du drap de sang, elle, n’aura pas lieu. Quant au rite du vendredi après-midi – celui de la ceinture symbolique passée par-dessus la robe de la mariée, avec jet de bonbons et cacahuètes à la foule – sera expédié dans la nuit du jeudi, peu avant le partage de la pièce montée. Que signifient ces actes ? Je ne sais trop, tant les versions sont diverses. Les habitudes du cérémonial ont beaucoup changé ces dix dernières années. Question de mœurs et de moyens financiers.

Place à la pièce montée. Habib, 20 ans, le neveu de Mohamed, et Leila, 19 ans, au chignon pailleté et rouge à lèvre brillant, se divisent les yeux dans les yeux leur part de pâtisserie. Une complicité est née à la faveur des jeux de séduction et danses entre jeunes filles et garçons. « Elle m’a donné rendez-vous samedi, lance Habib qui se dandine en baskets et chemise par-dessus le pantalon. – Tu vas y aller ? – Ben ouais, je la trouve mignonne. Mais après on verra… » Ainsi va le lien sentimental, en août, à Oran.

Nadia Boudaoud

*Groupe de musiciens jouant des castagnettes métalliques et de la derbouka sur du chant sacré.

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022