La démarche lente, le regard absent, S.D arpente les sentiers qui mènent au marché de Louga. Le teint terne, le visage ridé et les yeux cernés de noir du fait de la dépigmentation, elle va marchander d’étal en étal pour faire ses emplettes. Mariée depuis huit ans à un émigré résidant en Espagne, elle subit la tyrannie de sa belle famille. Sa belle mère ne manque aucune occasion de lui rappeler que c’est elle qui fait office de chef de famille. La vie de S.D se résume donc aux tâches ménagères dans cette grande maison à deux étages.

« Du matin au soir, je ne cesse de me tuer à la tâche. La maison est très grande mais la vieille n’a pas jugé nécessaire de recruter des domestiques. C’est moi et mes deux autres belles sœurs qui assurons l’entretien de la maison, la cuisine et le linge à tour de rôle. Mon mari est parti depuis huit ans. Il est revenu deux fois mais on n’a pas eu l’occasion de vivre comme un couple normal. »

La jeune femme à l’allure chétive ignore presque tout du bonheur conjugal. Chaque fois qu’elle tente de mettre fin à ce mariage, qui n’a été qu’une succession de misères, selon ses propres termes, ses parents s’y opposent et lui font remarquer que c’est son mari qui les entretient. « Je n’ai pas d’enfant de ce mariage. Je veux divorcer pour me libérer et refaire ma vie avec un homme qui vit ici, mais personne ne me soutient. Si c’était à refaire, je n’aurais jamais épousé un émigré », confie-t-elle les yeux embués de larmes.

En plus de ces souffrances, elle fait face à des suspicions en tout genre. « A chaque fois que je sors, ma belle mère m’accuse d’être partie voir un amant. Cette situation m’oblige à rester cloîtrée dans la maison au risque de perdre toutes mes amies », lâche-t-elle. A la suite de cette expérience malheureuse, S.D ne fait plus partie de ces femmes qui pensent que l’émigré est la clé d’or qui ouvre les portes d’une vie faite d’opulence et de luxe. Une prise de conscience qui tarde à se généraliser dans cette ville où l’eldorado n’a pas fini d’étendre ses tentacules.

Khady Lo

Précédents articles de la série :
Louga, des hommes fantômes et des femmes seules
A la recherche de l’homme idéal

Khady Lo

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021