MONDIAL 2014. En ce jour de match pour la troisième place du championnat mondial, les Brésiliens boudent la Seleçao. La rencontre face aux Pays-Bas sonne faux dans les oreilles des supporters.

C’est un peu  le lot de consolation de la Fifa, la rencontre qui sert souvent à rien. Les Brésiliens avaient été clairs dès le début : c’est la victoire ou rien ! Mais cette année, ce match pour la troisième place sera intéressant pour constater, ou pas, la réaction brésilienne après la fessée reçue contre l’Allemagne (7-1) le 9 juillet dernier. Nicolas Muniz, directeur de l’association Sambola, qui se trouve actuellement à Rio témoigne : “La défaite a vraiment plombé le moral des supporters. En fin de compte, la troisième place, ils n’en ont rien à faire. Mais le plus important pour eux, c’est que l’Argentine ne remporte pas la coupe du monde.”

Brésiliens et Argentins, ennemis de toujours. Une raison qui enfonce un peu plus le moral brésilien quand ils voient cette équipe en finale face à l’Allemagne. “Cependant il y a une partie du peuple qui s’est sentie tellement humiliée suite à la défaite en demi finale, qu’elle préférerait que l’Argentine gagne, histoire de réellement foutre la honte aux pays et montrer qu’ils n’en ont plus rien à faire du football et de cette coupe du monde”, ajoute ce Français très proche du peuple local.

Les Brésiliens ont la fête facile. Mais aujourd’hui, les seuls endroits où il risque d’y avoir un peu de festivité en cas de victoire du Brésil seront les Fans Fest, ces lieux mis en place par la Fifa, équipés d’un écran géant et rassemblant des milliers de supporters pendant la diffusion des matchs de la coupe du monde. “Il y aura toujours des groupes de musiciens qui jouent, et un minimum de supporters qui encouragent leur équipe… Mais personnellement, je ne pense vraiment pas qu’il y ait un énorme engouement de la part du peuple pour cette troisième place honorifique. C’était la victoire finale ou rien du tout”, souligne Nicolas.

D’ailleurs dans le pays, les tensions se sont ressenties dès le coup de sifflet final. “Il y a eu pas mal de révoltes, des bus qui ont été brûlés et des manifestations… A la fin du match, chaque fois que l’Allemagne marquait, les Brésiliens célébraient aussi ce but avec un feu d’artifice”, précise Mara une Brésilienne membre de l’association Sambola.

On peut aussi se poser la question du véritable intérêt de cette troisième place. « Il n’y a rien de pire que de perdre deux fois de suite après avoir fait un tournoi fantastique. Je l’avais déjà dit il y a dix ans : on ne devrait pas jouer pour cette troisième place. Ça ne consolera pas du fait de ne pas être champion”, a affirmé Louis van Gaal, sélectionneur des Pays-Bas.

Nombreux sont ceux qui ne regarderont pas la rencontre ce soir. Pour d’autres, les couleurs noir jaune et rouge deviendront le nouveau blason d’un soir. Quelques fidèles supporters revêtiront le maillot jaune de la sélection nationale. Mais pour la majorité, ce match aura un goût amer…

Ines El laboudy

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022