Vous aimiez George W. Bush. Vous adorerez Rick Perry ! L’ancien président est une fillette à côté de l’actuel gouverneur du Texas. Perry, qui est aussi candidat non déclaré à la candidature républicaine à la Maison blanche, a organisé samedi 6 août une gigantesque prière collective pour guérir l’Amérique de tous les malheurs qu’elle rencontre. Il avait choisi pour décor le Reliant Stadium de Houston, un stade de 74.000 places qui accueille d’ordinaire un autre genre de pratique religieuse : les matches de foot américain.

« Nous avons plus que jamais besoin de la prière. Avec les problèmes de notre économie, les communautés en crise, les gens s’égarent dans une mer de relativisme. Nous avons besoin de l’aide de Dieu », affirme le « Gov » dans une vidéo-invitation postée sur le site de l’événement.

Perry est passé maître dans les appels à la prière un peu foireux. En avril dernier, il avait appelé les Texans à prier pour la pluie afin de mettre un terme aux feux sauvages qui à l’époque ravageaient une partie de l’Etat. Avec « The Response », il fait encore plus fort. Jamais un leader politique de son niveau n’avait appelé à un rassemblement de la sorte. Même Bush Jr n’avait pas osé. Tout le monde n’y ait pas indifférent. Une association de défense des libertés religieuses a accusé Perry d’utiliser sa position de gouverneur pour promouvoir ses opinions religieuses. Une association d’athées américains a également porté plainte, mais celle-ci a été déboutée par la cour suprême de l’Etat.

En tout cas, la vidéo de présentation de « The Response » est pleine de promesses ! On y voit des Américains « ordinaires » de tout âge et couleur égrainer les problèmes du pays sur fond de musique larmoyante. « Effondrement économique, injustice, violence » commence l’un. « Dépression, addiction, peur » continue une autre. La phrase qui tue : « Je veux juste que mes enfants soient heureux ». « Que pouvons-nous faire ? ». La réponse : prier dans un stade bien sûr.

Mais comme trop souvent, le film risque d’être moins excitant que la bande-annonce. Seules 8.000 personnes ont répondu « présent ». La chaîne d’information CNN note en outre qu’un seul représentant politique a dit qu’il ferait le déplacement, les autres ayant poliment décliné l’invitation. Le gouverneur texan risque donc bien de se brûler les ailes à vouloir organiser des événements que certains experts jugent purement électoralistes, juste avant sa déclaration de candidature.

D’autant que l’éventail des sponsors et des participants est gratiné : il compte une association évangélique, la American Family Association, qui déverse sa prose anti-gay, anti-avortement et anti-musulmans dans son magazine et ses 200 stations de radio. John Agee, un des pasteurs qui a pris la parole lors de la prière, avait dit de l’ouragan Katrina qui a ravagé la Nouvelle-Orléans qu’il était « une punition divine ». Un autre speaker avait affirmé que la célèbre présentatrice de talk show noire, Oprah Winfrey, était un signe avant-coureur de la venue de l’Antéchrist. Tout ça ne semble pas très saint.

Alexis Buisson (New York)

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021