Lors de la Saint-Sylvestre, ils n’ont pas fermé l’œil de la nuit. Ils n’ont pourtant pas attendu les douze coups de minuit pour passer le cap de l’an 2008. Il fallait se coucher tôt car pour eux, la fête avait lieu le lendemain, le 1er janvier… au matin. Rendez-vous à 9h45 à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, Terminal 1, porte 22. Tous sont venus accueillir les pèlerins musulmans qui ont accompli le cinquième pilier de l’Islam, le Hajj, dans la ville natale du prophète Mohamed.

Comme eux, deux millions de musulmans du monde entier s’y sont rendus cette année, toutes nationalités et ethnies confondues. Un voyage que tout musulman à la foi irréprochable se doit de faire, à condition que ses moyens financiers et son état de santé le permettent.

De bon matin, une ambiance inhabituelle règne. Le départ vers la ville saoudienne de Médine avait eu lieu un mois plus tôt, début décembre, dans l’émotion la plus complète. Car pour la plupart, c’était la première fois qu’ils voyaient leurs parents partir en voyage – d’autant plus risqué qu’il constitue la manifestation humaine la plus importante au monde – ou qu’ils se séparaient d’eux.

Sur les panneaux d’affichage, le vol en provenance de Djeddah, en Arabie Saoudite, est retardé de trente-cinq minutes. « C’est pas grave, on a attendu un mois, on va bien pouvoir patienter quelques minutes », dit une jeune fille à sa voisine. Ils patienteront finalement quelques heures dans un hall d’aéroport bondé. En attendant, une femme avec un plateau de dattes entre les mains propose un fruit à un CRS présent pour maintenir la sécurité.

Enfin ! Les premiers pèlerins libérés par la douane tentent tant bien que mal de se frayer un passage dans le couloir rempli par la foule, en poussant leur chariot à bagages. Les regards sont scrutateurs et impatients, les cous se tordent. C’est sur la pointe des pieds que les plus petits essaient de voir si c’est un des leurs qui est sorti. Enfants, petits-enfants, frères et sœurs, neveux, nièces, les familles se sont déplacées en masse ; parfois par groupe de quarante personnes.

Durant un mois, ils ont accompli le voyage qui les a purifiés des péchés de toute une vie. C’est pourquoi hommes et femmes sont tout de blanc vêtus. Si la majorité d’entre eux sont à un âge avancé, quelques jeunes ont également pris part au voyage. Il y a même un jeune couple avec deux petits enfants ! Une dame, toute surprise, demande d’ailleurs si « eux aussi ont été à La Mecque ? », le regard tourné vers les bébés dans leurs couffins.

Comme le veut la tradition arabo-musulmane, les arrivants de la ville sainte sont accueillis avec des dattes et un verre de lait qu’ils boivent pour faire en sorte que le voyage de leur vie soit le plus exquis. Enfin, si le CRS n’a pas tout mangé…

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022