Au lycée Mozart, la rentrée a commencé par une journée de grève des enseignants. « Nous constatons que la Région a tout simplement décidé de laisser dépérir ce lycée dans un état de vétusté avancé« , indiquent-ils dans leur communiqué. Durant les vacances estivales, le plafond de l’aile est du lycée construit en 1989 et ouvert un an plus tard, a cédé après deux épisodes de pluies fortes. Cet incident a causé d’importants dégâts matériels. Des ordinateurs ont été endommagés et les agents techniques de l’établissement, dépêchés, ont dû nettoyer les dégâts. «  Notre lycée tombe en ruines », s’exclame Lise, professeur d’anglais.

Fissures, matériel inadapté, absence d’isolation, salles de classes exigües

Les faits lui donnent raison. Le 18 septembre et le 2 octobre 2017, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, en visite dans l’établissement, a fait plusieurs constats alarmants. Son rapport de 38 pages, en date du 2 octobre que nous nous sommes procurés, est sans appel. Il liste, photos à l’appui, de nombreux problèmes : plafonds et fenêtres non isolés, manque d’étanchéité dans tout l’établissement, fuites fréquentes, équipements sportifs dégradés, carrelage et sols fissurés, salles de classe et bureaux trop exigus, fenêtres qui ne peuvent que s’entrouvrir, sureffectifs dans les salles de classe, matériel inadapté, télésurveillance qui ne fonctionne pas, grille d’entrée pas suffisamment sécurisante, dysfonctionnement du chauffage… Dans son rapport, le CHSCT préconise une série de travaux pour remédier aux problèmes listés lors de sa visite. 

 

Face à l’aile nord de l’établissement, les engins s’affairent. Les travaux ont bien commencé pour la construction de deux bâtiments en préfabriqués qui doivent accueillir quatre nouvelles salles de classe chacun mais l’engagement d’une ouverture à la rentrée n’a pas été tenu. La semaine dernière, les enseignants ont appris que les travaux ne seront terminés qu’après les vacances de la Toussaint. La cause : des délais de travaux qui s’allongent, sans explication. Il y a pourtant urgence depuis plusieurs années : le lycée Mozart du Blanc-Mesnil fait partie de ces nombreux établissements du secondaire de Seine-Saint-Denis à avoir vu ses effectifs augmenter causant des problèmes d’adaptation des locaux et des conditions d’accueil. Ainsi, le lycée Mozart comptait 770 élèves en 2014, 1046 en 2017. Cette rentrée 2018, les effectifs sont estimés à 1065 élèves, « largement au-dessus des capacités d’accueil de l’établissement », note le rapport du CHSCT.

Des travaux de chauffage pas commencés

« Ça nous arrive régulièrement de faire cours en hiver dans des salles très froides », lâche, découragée, Valérie, professeure de français. Le constat est similaire parmi les élèves : « Quand il fait froid, il fait encore plus froid et quand il fait chaud, encore plus chaud » déclare Maya, élève de Première littéraire à Mozart, assise avec ces copines en face du lycée.

Selon les enseignants, les travaux de réfection du système de chauffage et d’aération, qui devaient avoir lieu pendant l’été et achevé pour la rentrée, n’ont pas commencé. Ce sont ces mêmes travaux qui avaient obligé les élèves de terminale à passer leurs épreuves du baccalauréat de juin dernier dans un autre lycée. « On sait comment ça peut être stressant pour un élève d’aller dans un établissement qu’il ne connaît pas pour passer son bac », confie Aurore, professeur de français. Les enseignants auraient été informés que les travaux de chauffage seraient finalement réalisés tout au long de l’année pendant les petites vacances. « Non seulement nous pouvons supposer que le chauffage ne sera pas fonctionnel cette année mais nous n’avons pour l’heure aucune information sérieuse sur la manière dont le lycée sera chauffé cet hiver. La Région compterait-elle sur une accélération du réchauffement climatique », écrivent les enseignants dans leur communiqué. 

En cette rentrée 2018, soit un an après la visite du CHSCT, les enseignants accusent le Conseil régional de ne pas avoir pris en compte les constats du rapport d’il y a un an ni d’avoir respecté ses engagements. Contactée à plusieurs reprises, la Région Île-de-France n’a pas donné suite à nos appels.

Ambiance de travail dégradée et souffrance de plusieurs agents

A la suite des entretiens menés avec le personnel, d’autres constats ont été faits, encore plus inquiétants. Ainsi, le CHSCT observe une « mauvaise ambiance de travail au sein des personnels administratifs et certains agents sont manifestement en situation de souffrance au travail ». Chez les enseignants, « l’ambiance de travail s’est fortement dégradée depuis deux ans avec la montée des effectifs et l’arrivée d’élèves plus perturbateurs », peut-on lire dans le rapport.

Le CHSCT observe également la présence de déchets et de débris et préconise de « renforcer le personnel des agents d’entretien et de maintenance pour permettre un nettoyage régulier de ces espaces », une revendication de longue date des enseignants de Mozart.

Il est loin le temps où, en 2016, le Parisien plaçait le lycée Mozart au premier rang de son palmarès des meilleurs lycées de France.

Mohamed ERRAMI

Articles liés

  • « Préparer son bac sans certitude d’avenir : c’est ça, Parcoursup »

    Pour les quelque 600 000 lycéens ou bacheliers concernés par la plateforme Parcoursup, ce jeudi 14 mars a une odeur angoissante. C’est le dernier jour pour formuler des vœux sur la grande plateforme d’orientation post-bac lancée l’an dernier par le gouvernement. Anthony, un lycéen d’Orléans (Loiret), vit ce moment pour la deuxième fois. L’année dernière, il avait essuyé de multiples échecs sur Parcoursup, à quelques jours d’un examen qu’il a fini par échouer.

    Par Sarah Nedjar
    Le 14/03/2019
  • Au lycée Jean-Renoir, une occupation nocturne pour protester contre les réformes

    Une quinzaine d'établissements de Seine-Saint-Denis étaient occupés pacifiquement par les professeurs et les parents d'élève en lutte, hier, mardi soir, dans le cadre de la "nuit des établissements". Parmi ceux-ci, la cité scolaire Jean-Renoir, à Bondy, où les mots d'ordre étaient les mêmes qu'ailleurs dans le 93 mais où le climat était un peu particulier. Reportage.

    Par Ilyes Ramdani, Sarah Ichou
    Le 13/02/2019
  • Dans l’ombre des gilets jaunes, les stylos rouges ont manqué d’encre mais pas d’idées

    Alors que la manifestation des gilets jaunes battait son plein le 2 février dernier, une manifestation plus discrète se tenait devant le ministère de l’Education nationale. Les "stylos rouges", des professeurs en colère, étaient là pour tirer la sonnette d’alarme sur leurs conditions de travail. Mais leur mobilisation n'a pas eu le succès escompté. Reportage.

    Par Paloma Vallecillo
    Le 06/02/2019