Au lycée Mozart, la rentrée a commencé par une journée de grève des enseignants. « Nous constatons que la Région a tout simplement décidé de laisser dépérir ce lycée dans un état de vétusté avancé« , indiquent-ils dans leur communiqué. Durant les vacances estivales, le plafond de l’aile est du lycée construit en 1989 et ouvert un an plus tard, a cédé après deux épisodes de pluies fortes. Cet incident a causé d’importants dégâts matériels. Des ordinateurs ont été endommagés et les agents techniques de l’établissement, dépêchés, ont dû nettoyer les dégâts. «  Notre lycée tombe en ruines », s’exclame Lise, professeur d’anglais.

Fissures, matériel inadapté, absence d’isolation, salles de classes exigües

Les faits lui donnent raison. Le 18 septembre et le 2 octobre 2017, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, en visite dans l’établissement, a fait plusieurs constats alarmants. Son rapport de 38 pages, en date du 2 octobre que nous nous sommes procurés, est sans appel. Il liste, photos à l’appui, de nombreux problèmes : plafonds et fenêtres non isolés, manque d’étanchéité dans tout l’établissement, fuites fréquentes, équipements sportifs dégradés, carrelage et sols fissurés, salles de classe et bureaux trop exigus, fenêtres qui ne peuvent que s’entrouvrir, sureffectifs dans les salles de classe, matériel inadapté, télésurveillance qui ne fonctionne pas, grille d’entrée pas suffisamment sécurisante, dysfonctionnement du chauffage… Dans son rapport, le CHSCT préconise une série de travaux pour remédier aux problèmes listés lors de sa visite. 

 

Face à l’aile nord de l’établissement, les engins s’affairent. Les travaux ont bien commencé pour la construction de deux bâtiments en préfabriqués qui doivent accueillir quatre nouvelles salles de classe chacun mais l’engagement d’une ouverture à la rentrée n’a pas été tenu. La semaine dernière, les enseignants ont appris que les travaux ne seront terminés qu’après les vacances de la Toussaint. La cause : des délais de travaux qui s’allongent, sans explication. Il y a pourtant urgence depuis plusieurs années : le lycée Mozart du Blanc-Mesnil fait partie de ces nombreux établissements du secondaire de Seine-Saint-Denis à avoir vu ses effectifs augmenter causant des problèmes d’adaptation des locaux et des conditions d’accueil. Ainsi, le lycée Mozart comptait 770 élèves en 2014, 1046 en 2017. Cette rentrée 2018, les effectifs sont estimés à 1065 élèves, « largement au-dessus des capacités d’accueil de l’établissement », note le rapport du CHSCT.

Des travaux de chauffage pas commencés

« Ça nous arrive régulièrement de faire cours en hiver dans des salles très froides », lâche, découragée, Valérie, professeure de français. Le constat est similaire parmi les élèves : « Quand il fait froid, il fait encore plus froid et quand il fait chaud, encore plus chaud » déclare Maya, élève de Première littéraire à Mozart, assise avec ces copines en face du lycée.

Selon les enseignants, les travaux de réfection du système de chauffage et d’aération, qui devaient avoir lieu pendant l’été et achevé pour la rentrée, n’ont pas commencé. Ce sont ces mêmes travaux qui avaient obligé les élèves de terminale à passer leurs épreuves du baccalauréat de juin dernier dans un autre lycée. « On sait comment ça peut être stressant pour un élève d’aller dans un établissement qu’il ne connaît pas pour passer son bac », confie Aurore, professeur de français. Les enseignants auraient été informés que les travaux de chauffage seraient finalement réalisés tout au long de l’année pendant les petites vacances. « Non seulement nous pouvons supposer que le chauffage ne sera pas fonctionnel cette année mais nous n’avons pour l’heure aucune information sérieuse sur la manière dont le lycée sera chauffé cet hiver. La Région compterait-elle sur une accélération du réchauffement climatique », écrivent les enseignants dans leur communiqué. 

En cette rentrée 2018, soit un an après la visite du CHSCT, les enseignants accusent le Conseil régional de ne pas avoir pris en compte les constats du rapport d’il y a un an ni d’avoir respecté ses engagements. Contactée à plusieurs reprises, la Région Île-de-France n’a pas donné suite à nos appels.

Ambiance de travail dégradée et souffrance de plusieurs agents

A la suite des entretiens menés avec le personnel, d’autres constats ont été faits, encore plus inquiétants. Ainsi, le CHSCT observe une « mauvaise ambiance de travail au sein des personnels administratifs et certains agents sont manifestement en situation de souffrance au travail ». Chez les enseignants, « l’ambiance de travail s’est fortement dégradée depuis deux ans avec la montée des effectifs et l’arrivée d’élèves plus perturbateurs », peut-on lire dans le rapport.

Le CHSCT observe également la présence de déchets et de débris et préconise de « renforcer le personnel des agents d’entretien et de maintenance pour permettre un nettoyage régulier de ces espaces », une revendication de longue date des enseignants de Mozart.

Il est loin le temps où, en 2016, le Parisien plaçait le lycée Mozart au premier rang de son palmarès des meilleurs lycées de France.

Mohamed ERRAMI

Articles liés

  • Devant les résultats du bac, des cris, des pleurs et des questions

    Ce vendredi 5 juillet, les quelque 700 000 lycéens qui se sont présentés aux épreuves du baccalauréat ont eu leur verdict. Le bac, la mention, les rattrapages... Au lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen, des jeunes de plusieurs établissements de Seine-Saint-Denis étaient agglutinés pour avoir leur réponse. Un cru 2019 marqué par un mouvement social qui a eu une conséquence directe : certains lycéens n'ont pas encore leur résultat définitif. Reportage.

    Par Mohamed Errami
    Le 05/07/2019
  • A Pantin, les profs ont séché le bac

    Ce lundi 17 juin, des professeurs de toute la France ont fait grève de la surveillance à l'occasion du début des épreuves du baccalauréat. A Pantin, le lycée Lucie-Aubrac avait allure d'épicentre de la colère. Là-bas, un professeur sur trois environ avait rejoint le mouvement, pas suffisant pour mettre en péril le bon déroulement des épreuves. Mais les révoltés sont décidés à ne pas en rester là. Reportage. 

    Par Hervé Hinopay
    Le 18/06/2019
  • Micro-lycée, maxi succès

    #BBReims, épisode 5. Depuis le début des années 2000, les « structures de retour à l’école » ont un objectif simple : remettre des jeunes décrocheurs sur le chemin de l’école et leur permettre d’obtenir le baccalauréat. Aujourd’hui, il en existe 62 en France, parmi lesquelles le micro-lycée de Reims. Cette semaine, une quarantaine d’entre eux suivait un séminaire de révisions à une semaine de l’échéance. Au programme, travail intensif et pédagogie novatrice. Reportage.

    Par Anne-Cécile Demulsant
    Le 13/06/2019