« Mais qu’est-ce que Kylian Mbappé ne sait pas faire ? » C’est la question que tous devraient songer à se poser tant ce dernier impressionne le monde par ses performances et sa maturité. Kylian c’est l’enfant de Bondy comme il n’a jamais cessé de le rappeler, un attachement à sa ville de naissance qui a sûrement compté lorsqu’il a décidé de s’engager au Paris Saint-Germain l’été dernier. Malgré le montant stratosphérique de son transfert (180 millions d’euros) Kylian n’a pas cédé à la pression qui pesait sur ses épaules et a raflé tous les trophées nationaux en club, des récompenses individuelles dont celui du meilleur espoir du championnat pour la deuxième fois de suite, et a continué à briser les records de précocité. Comme si sa jeune carrière ne se résumait qu’à ça : aller plus vite que tout le monde.

Humilité et maturité

Sur un plan personnel et comme beaucoup de Bondynois, il va sans dire que je suis fier d’être originaire de la même ville que lui, ce qui nous rend d’autant plus fiers c’est à quelle point il représente notre ville à merveille et en est un ambassadeur de luxe. Il a su garder la tête sur les épaules, une humilité et une maturité qui ne cessent d’étonner en témoigne sa décision de reverser l’ensemble de ses primes de matchs à l’association « Premiers de cordée » dont il est le parrain.

Kylian c’est le petit gars qu’on aurait pu croiser au city stade, aux entraînements de l’AS Bondy il mène pour nous la vie que de nombreux jeunes Bondynois rêvent d’avoir. Beaucoup d’entre nous ont rêvé de jouer un jour dans les plus grands stades d’Europe, de remporter des titres et surtout d’être numéro 10 de l’équipe de France. Tout cela Kylian l’a fait en 2 ans. Cela me fait tout drôle de voir tout ce qu’il suscite surtout depuis le début de la compétition, moi qui l’ai vu débuter à l’euro des U19 en 2016, moi qui l’ai vu au stade de France marquer son premier but en sélection en août dernier face aux Pays-Bas avec je dois le dire une certaine émotion.  Kylian aurait pu être l’un de ces petits que je croisais tout le temps au quartier ballon aux pieds et qui répétait sans cesse : « Quand je serai grand, je serai footballeur ! » avec aplomb. C’est pour cela que l’identification à lui est chose facile, et qu’à chaque touche de balle, chaque dribble, chaque but j’ai toujours un petit sourire en coin, parce que Kylian nous rend tous heureux.

Les Bondynois, fiers depuis longtemps

Kylian ne deviendra peut-être pas champion du monde cet été mais une chose est sûre : il a déjà éclaboussé la compétition de toute sa classe et a envoyé un message fort au monde entier. Il sera très certainement la superstar du football mondial, celui qui semble être le plus à même de faire tomber tous les records établis par Cristiano Ronaldo et Messi. Au Canada, là où je suis actuellement, j’ai été surpris de voir son nom figuré en trending topic sur Twitter après sa prestation de haute volée face à l’Argentine. Je me suis dit : « Après l’Europe, le monde entier vient de découvrir le jeune Bondynois ». J’ai été d’autant plus fier lorsque j’ai lu les messages des légendes Pele, Lineker, Barresi à son égard. A la fin du match, Kylian a généré 1,2 millions de tweets ! J’aime à penser que Kylian n’est pas encore à 100 % de ses capacités et qu’il peut aller encore plus loin. A Bondy, il y a bien longtemps que ce dernier a conquis nos coeurs et qu’il continue d’inspirer, de rendre fiers tous les Bondynois. Il ne lui reste plus qu’à montrer au reste du monde ce tout dont il est capable.

Felix MUBENGA

Crédit photo : Rouguyata SALL

Articles liés

  • L’Algérie sacrée, Paris et sa banlieue en liesse

    L'Algérie a remporté vendredi soir la Coupe d'Afrique des Nations, 29 ans après son seul et unique sacre continental. Un sacre largement fêté par les Algériens de France, souvent en communion avec leurs voisins et adversaires sénégalais... mais aussi avec toutes les autres communautés. L'équipe du BB était à Barbès, à Bondy, à Aubervilliers et ailleurs. Récit d'une soirée de grande ferveur.

  • On a vécu l’élimination des Bleues dans un café d’Aubervilliers

    Rares étaient, en Seine-Saint-Denis, les lieux à organiser des retransmissions du quart de finale de Coupe du monde de l’équipe de France féminine. A Aubervilliers, la municipalité s’est associée à Collective, un café culturel qui a ouvert il y a quelques semaines, pour tenter d’attirer un peu de monde autour de l’événement. Pour la jeune enseigne comme pour les Bleues du foot, ce n’est pas encore flamboyant, mais les promesses donnent envie d’y croire. Reportage.

    Par Mohamed Errami
    Le 01/07/2019
  • A Reims, le grand débarquement de « Team USA »

    #BBReims, épisode 4. Plusieurs milliers de supportrices et supporters américains avaient envahi Reims, ce mardi, pour assister à l’entrée en lice de leur équipe au Mondial de foot. Avant la gifle infligée par leurs joueuses aux Thaïlandaises (13-0), les Américains avaient pris le temps d’expliquer au BB leur passion du football et de « Team USA ».

    Par Arno Pedram
    Le 12/06/2019