Ce mardi 2 septembre 2014, c’est la rentrée pour les écoliers. Il y a comme un parfum d’angoisse et de renouveau. Les dernières coupes de cheveux, les joggings fermés jusqu’au cou, baskets à scratch et jeans neufs sont de rigueur et pullulent devant la devanture grisonnante de l’école élémentaire la Boissière, à Noisy-le-Sec (93).

9 h 00 sonne comme un coup de clairon ! La peur se lit sur les visages des parents déphasés, en manque de leur ration de sommeil… Pendant ce temps les bambins n’arrivent plus à cacher leur enthousiasme en attendant de savoir qui va être dans leurs classes. La gardienne et la directrice sont mobilisées dans un préambule bien rodé, tels des physio de boîte de nuit. Elles ouvrent les portes de leurs temples dévoués à l’éducation… Un édifice qui a changé 3 fois de divinités en 3 rentrées scolaires.

Une marche funèbre s’ensuit pour les parents qui doivent pour la première fois couper le cordon… Larmes, dernières bises et les dernières recommandations se lancent à la volée dans cet ordre précis. Les parents apeurés pour leurs progénitures bombardent de questions les enseignants avant de s’éclipser discrètement : « Je voudrais savoir comment cela se passe pour les rythmes scolaires ?« .  » C’est quel jour pour le T.A.P ?« .  » Je peux venir les chercher à quelle heure ?« .

« Je me posais beaucoup des questions vis-à-vis de l’organisation, à savoir comment et quand la réforme allait se mettre en place. Aujourd’hui, les parents comme les instits ne sont pas trop au courant ! Maintenant reste à voir si la réforme va tenir la route à long terme ! » livre Martine, une institutrice perplexe.

C’est la rentrée des enfants, mais pas seulement ! À Noisy-le-Sec, la réforme des rythmes scolaires, entre en vigueur pour la rentrée scolaire 2014/2015. Qui dit réforme, dit changement, voire bouleversement ! Les maîtresses distribuent une tonne de paperasse pour approfondir toute cette joyeuse pagaille. Les cours seront dorénavant de 9h00  à 12h30 puis la reprise se fera à 14h00. La journée des élèves s’achèvera à 16h10, mais pour celles et ceux qui veulent faire l’étude ça sera jusqu’à 17h10. Passage de témoin entre l’Education nationale et la municipalité, car le centre de loisir prend le relais pour clore la journée à 18h30. Les T.A.P (Temps d’activité périscolaire) seront organisés les jeudis après-midi avec ce même format d’horaire. La réforme des rythmes scolaires est un chantier olympique qui se met en place doucement à Noisy-le-Sec.

« Pour ma part j’avais des appréhensions sur l’état de fatigue des élèves en fin de semaine. On verra ce que cela donnera sur deux à trois semaines parce que là nous venons d’arriver ! Mes craintes se tournent plutôt sur les activités qui vont être mises en place par la mairie ou les centres de loisirs sur le temps périscolaire. Est-ce que cela va être essentiellement du gardiennage où va t-il y avoir réellement des activités ludiques ? Tout reste à voir ! Je trouve que cela peut détériorer l’ambiance de la classe, car avec des élèves fatigués nous n’allons pas pouvoir travailler au même rythme qu’avant. C’est simple plus ils sont fatigués, plus ils vont être excités et moins ils vont être concentrés… Nous on leur demande un temps de concentration sur certaines activités, donc on va voir ! », confie avec une certaine inquiétude Marie, institutrice.

Le 3 septembre, 9h00 sonne et laisse un goût amer aux instituteurs fraichement extirpés de leur repos hebdomadaire. Sur leurs mines fatiguées on peut lire l’expression : « qu’est-ce que je fais là ! ». Les enfants sont toujours apprêtés, enthousiastes à l’idée de rejoindre leurs camarades. Ils montent les escaliers à l’unisson pour sauter à pieds joints dans la réforme. Ce matin n’est pas comme tous les autres ! Les instituteurs font l’appel sans oublier de demander qui est inscrit aux centres de loisirs ou pas, car le terminus est à 12h30 sans passer par la case cantine pour les non-inscrits. La journée semble normale aux abords, même si elle chagrine un peu les amoureux du calendrier. L’ultime gong sonne 12h30, le passage de relais se fait sans trop de casse… Madame la Ministre, je crois qu’il y a du Pierre de Coubertin dans votre réforme !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021