Un animateur à la Jean-Luc Delarue avec l’oreillette en moins présente les cinq intervenants de la table ronde sur les usages de l’Internet chez les jeunes générations. Autour de Kamel et Idir, trois jeunes chercheurs qui ont travaillé sur le sujet. Idir et Kamel présentent le Bondy Blog. Ils racontent l’origine du blog et comment « les Suisses » sont venus à Bondy pour comprendre la banlieue (ceux dans la salle qui ne connaissent pas le blog ont dû s’étonner de l’engouement général de la Suisse pour la banlieue française…). Ensuite, les universitaires enchaînent en présentant certaines observations de leur recherche. Ils sont bavards, nos chercheurs aux multiples diplômes…

On voit Kamel qui bouge un peu sur son siège. Et hop, il rebondit sur une phrase et chope le micro pour souligner qu’Idir aussi a un diplôme : « dis c’est quoi ton diplôme Idir ?  … Et moi, j’ai une maîtrise de la rue. » Applaudissements dans la salle. Une des universitaires explique que les jeunes collégiens préfèrent aller sur Internet que regarder la télévision. Elle note également les clivages sociaux parmi les familles de collégiens qu’elle a étudiées dans l’utilisation de l’Internet et dans le rapport au savoir: les parents qui sont plus familiers à la « culture de l’écrit » ont un rapport distancié à Internet. Pour eux, seul ce qui est publié (par écrit) est reconnu. Au contraire, dans les milieux plus populaires, Internet est considéré comme une grande bibliothèque disponible de la maison, mais les jeunes peuvent y être un peu perdus. L’universitaire met également fin à un cliché quand elle observe que les gens qui communiquent le plus par Internet sont aussi les gens qui socialisent le plus en face à face.

Par la suite, la discussion revient sur la question des blogs. L’animateur demande à Idir et Kamel s’ils ont un blog. Bah oui, le Bondy Blog ! Idir précise que le Bondy Blog n’est pas un blog personnel… Kamel revient à l’assaut. Lui a un blog, sur My Space car My Space a une longueur d’avance. Une personne du public lui demande son nom, il répond : « Je ne vous connaîs pas Monsieur ». Et puis il explique que, sur Internet, « on n’est pas obligé de connaître la langue pour comprendre les mots. Grâce à Google, on peut traduire le chinois, l’anglais… Je suis comme Lycos, je cherche partout, je suis curieux ». Kamel raconte qu’il a connu Internet au Maroc en 1991 : « En France, on dirait qu’on vit au Moyen-âge. On est dans un pays de consommation, mais on est en retard. » La doctorante explique ensuite que la France est un pays où la culture de l’écrit domine et où perdure une certaine défiance vis-à-vis de la culture de l’écran.

Kamel et Idir continuent sur la démarche journalistique des Bondy Blogueurs. Après avoir critiqué le traitement médiatique de la banlieue alors que des journalistes de TF1 sont dans la salle en vue du passage d’un reportage dans le 20 heures de la même chaine, Kamel explique que « t’as pas besoin de la carte de presse pour être journaliste. Nous, on a carte blanche et on va à fond ».

Bruno Oudet, l’organisateur des rencontres d’Autrans, se félicite que chercheurs et « gens sur le terrain » puissent échanger ainsi sur tous ces sujets. C’est vrai que c’est assez incroyable de passer d’une discussion sur l’ethno-méthodologie et la méthode de Durkheim au Bondy Blog et la remise en cause de la fonction de journaliste par l’intermédiaire des blogs.

La quasi-totalité des questions de la salle s’adresse aux Bondy Blogueurs. L’une d’entre-elles est on ne peut plus simple : « le Bondy Blog, à quoi ça sert ? Est-ce que ça a un impact sur les jeunes à Bondy ? » Idir répond en expliquant que le BB est d’abord lu par des gens qui ne vivent pas en banlieue et qui ont envie de comprendre. Clin d’oeil à nos lecteurs, il note d’ailleurs que « les commentateurs sont des gens éclairés. » A la deuxième question, Idir répond :  « je ne sais pas si ça a eu un impact sur les jeunes de Bondy, mais en tout cas ça en a eu un sur nous. » Kamel rajoute que, depuis qu’il est au BB, des jeunes viennent le voir pour qu’il parle de leurs problèmes sur le blog : « On n’est pas des journalistes de l’AFP. En lisant le Bondy Blog, vous ne serez pas des moutons. »

Pour conclure, Bruno Oudet, organisateur de ces rencontres, demande aux blogueurs de proposer des recommandations. Rappelant l’exemple des Canadiens présenté ce matin, Kamel lance l’idée de donner un ordinateur à tous les gens qui n’en n’ont pas, pas seulement aux élèves mais aussi aux chômeurs. Une participante lui fait remarquer que l’ordinateur ne suffit pas, il faut également permettre une éducation aux nouveaux médias. Mais Kamel reste sur son idée : « Il faut que le politique trouve une solution. »

Sandrine Roginsky

Sandrine Roginsky

Articles liés

  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021
  • De la zone à la salle des profs : des enseignants issus de quartiers racontent

    En ce jour de rentrée scolaire, Jasmine Touitou a décidé de faire témoigner trois professeurs dont l'origine sociale ne prédestinait pas forcément à devenir enseignant. Trois destins issus de quartiers populaires, qui pas volonté politique ou la force des choses se sont retrouvés face à des élèves qui leur ressemblent. Témoignages.

    Par Jasmine Touitou
    Le 02/09/2021
  • Banlieues School : la réussite scolaire au cœur

    Lutter contre les inégalités scolaires et prévenir le décrochage de jeunes en difficulté, c’est le but de la toute jeune Banlieues School. Un dispositif d’accompagnement tout terrain qui ambitionne d'aider 1000 élèves dès cette rentrée. Reportage à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis).

    Par Farah El Amraoui
    Le 31/08/2021