Les vacances de la Toussaint touchent à leur fin. Pour moi, ces vacances sont toujours un petit peu les plus tristes de l’année parce qu’à côté des vacances de Noël où les rues sont illuminées et où l’ambiance est à la fête, et de celles d’été où le soleil est au rendez vous et les journées plus longues, celles de la toussaint, c’est la grisaille.

Pendant ces vacances, nous, les jeunes collégiens, nous nous ennuyons un peu. Je ne dis pas que le fait de se lever à 7 heures et les contrôles nous manquent… Alors qu’est ce que nous faisons de nos journées, vous demandez-vous ? On s’occupe comme on peut : flirt sur Facebook, grasse matinée, petite visite à la famille, ciné, on va dormir une nuit ou deux chez une copine, et puis moi, j’écris un article de temps en temps.

Ce qui est regrettable, c’est que les activités extrascolaires (danse, arts plastiques, foot…) sont en vacances elles aussi. Bien sûr, les profs ont eux aussi droit à un peu de repos mais l’idéal serait de confier leurs postes à des étudiants ou des remplaçants pendant ces périodes. Prenons mon exemple : je suis des cours d’arts plastiques. Or, pendant les vacances, cette activité cesse et nous prenons du retard pour l’exposition de fin d’année, ce qui est bien dommage car elle sera moins complète.

Mes vacances idéales seraient des vacances avec une température de 28°, où les cinés, les spectacles, les expos seraient entièrement gratuits pour les 6/18 ans. Je délire… Le plus raisonnable serait que les collèges restent ouverts pour accueillir les élèves qui le souhaitent, afin de pouvoir réviser avec du matériel mis à disposition et sous surveillance d’adultes volontaires (profs, parents, surveillants…). Les jeunes pourraient échanger leurs compétences : les bons en math se transformeraient en profs pour les mauvais, les mauvais en langues iraient se perfectionner auprès des meilleurs. C’est ainsi que se crée la solidarité.

C’est la rentrée des classes aujourd’hui après les vacances de la Toussaint, et beaucoup se plaignent de devoir retourner en cours. Mais regardons la réalité en face : nos parents n’ont que cinq semaines de congé par an alors que nous, nous sommes de repos toutes les six semaines à peu près. Alors, un peu de courage…

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021