Nous, on adore le foot et il y a même certaines filles qui jouent avec nous des fois. Les seuls ballons autorisés sont les ballons en mousse. Dans mon école, on joue au foot à la récré et quand il y a des équipes qui perdent, elles se mettent à crier en disant « non c’est nous qui avons gagné normalement et puis d’abord vous avez les meilleurs dans votre équipe, sinon on aurait gagné le match les doigts dans le nez et les yeux fermés ».

Et des fois, il y en a qui disent « ben viens, on recommence le match et cette fois-ci on refait les équipes », et puis les autres répondent « ben non, on a gagné ! On a gagné ! C’est terminé, on a plus envie de jouer à ce jeu, on a envie de jouer à autre chose, genre la balle américaine ». Alors les autres disent « ben si ! On recommence, y a match retour, et il faut que dans les deux équipes il y ait le même niveau. » Ceux qui veulent jouer à la balle américaine finalement disent oui.

Ensuite quand ils perdent encore, ceux qui ont gagné, disent « ben maintenant on joue à la balle américaine » et les autres disent « ben non ». Il commence à y avoir des disputes et ça se transforme en bagarre. Et les animateurs sont obligés d’intervenir et d’envoyer les bagarreurs dans le bureau de la directrice.

La directrice demande : « Bon qu’est ce que vous avez fait encore ? » Un par un, chacun raconte ce qu’il s’est passé et comme c’est la même version, la directrice dit « bon vous me recopierez une fable de Jean de la Fontaine chacun : la grenouille qui veut se faire plus gros que le bœuf ».

Et quand ils ont terminé leur punition, ils sont en colère et ils font une tète à vouloir se bagarrer. Et des fois ils se battent dans le couloir et ensuite les animateurs ou les maîtres et les maîtresses viennent les attraper pour qu’ils arrêtent de se battre. Ils leur parlent en leur expliquant qu’il ne faut pas se battre comme ça, sinon quand ils seront au collège et qu’ils se battront, ils seront probablement renvoyés, car au collège ils sont beaucoup plus sévères qu’ici.

Les élèves disent « oui mais c’est lui qui a commencé » et des fois quand l’autre a fini de se faire gronder, il va derrière la maîtresse et il fait des grimaces à celui qui est en train de se faire gronder. Et celui qui en train de se faire gronder veut le frapper et lui fait des signes de mort. Après ils se rebattent devant la maîtresse, et soit ils sont punis, soit ils ont un avertissement. Après quand les problèmes sont terminés, ils rejouent ensemble au foot mais ils se mettent dans la même équipe pour pas qu’il y ait de problème.

C’est bien, quand on joue au foot et qu’on fait des belles actions et qu’on marque des buts après. Des buts magnifiques. Des fois, on met « des petits ponts » ou « des virgules » au goal. Mais malheureusement, des fois, on met des barres transversales ou des sorties de but et parfois des poteaux rentrants. Pour faire les équipes, les deux capitaines d’équipe se tiennent la main et tournent, se lâchent la main et ensuite ils avancent leur pied en disant « chou fleur » et c’est le premier qui a mis son pied sur le pied de l’autre qui choisit en premier. Nous on adore le foot.

Haroun, 9 ans

Nadia Méhouri

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021