Nous sommes en juin 2009 et comme tous les ans au collège Liberté, c’est les réinscriptions pour l’année suivante (la dernière pour moi, snif ! snif !). Dans ce dossier de nombreuses questions nous sont posées, notamment une qui concerne les options : soit le latin/ grec, soit la découverte professionnelle. Moi, naïve comme je suis, je crois qu’il faut obligatoirement cocher une case, je coche donc « 3ème Découverte professionnelle ». Jusqu’ici aucun souci !

La rentrée arrive très vite, et c’est lorsque notre professeur principale annonce les noms des élèves qui ont pris une option que je me rends compte que nous sommes seulement huit à avoir choisi l’option « 3ème Découverte professionnelle », dite DP3. Cette option est réservée à la dernière année de collège. Dans la classe, un peu moins de la moitié ont coché la même option que moi et personne l’option latin/ grec. C’est maintenant que je réalise que c’est sûrement pour cette raison que le prof de latin/ grec n’est plus présent au collège depuis la rentrée et qu’il a disparu du paysage.

Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, l’option « Découverte professionnelle » consiste à découvrir des métiers et la vie professionnelle. C’est deux heures en plus dans l’emploi du temps et nous avons droit à des intervenants qui se déplacent au collège afin de nous expliquer leur travail. Il est également prévu dans le programme des sorties dans des entreprises. Après l’annonce des prénoms par la prof, je sens tout à coup une vague de solitude m’envahir, étant donné qu’aucune de mes copines n’est inscrite et qu’aucune ne veut s’inscrire (merci pour la solidarité, les filles !).

Mes amis me conseillent plutôt d’annuler mon inscription à cette option, mais moi je ne suis pas influençable facilement, je veux en savoir plus… Des anciens du collège, aujourd’hui au lycée, me racontent que l’année précédente, pendant ces deux heures d’option, ils n’ont visité que des boulangeries, menuiseries et autres métiers de ce genre. Je me dis alors que ça ne va pas être possible. Je n’ai rien contre les artisans, loin de-là, mais bon, quand j’ai coché cette maléfique case, je pensais plutôt à des métiers, comment dire ?, un peu plus intellectuels.

Dès le lendemain, je file donc voir ma prof principale pour retirer au plus vite cette maudite candidature et à ma grande surprise, cela me sera refusé sous prétexte que la liste des élèves est établie et que les entreprises ont déjà été contactées avec un nombre précis d’élèves. Aussi, mardi dernier, à 14h30, alors que mes camarades se dirigent vers la sortie, nous retrouvons-nous retrouvons en salle 23 en présence d’une autre classe. Nous sommes au total 18 élèves pour l’option DP3, ce qui est vraiment peu sur un collège qui compte cinq classes de 3ème.

Notre première intervenante travaille dans les transports et la logistique. Munie d’un rétroprojecteur, elle nous explique son parcours ainsi que les métiers qui se rattachent à ces activités. Elle nous distribue de la documentation. Puis arrive le moment des questions : une élève qui fait office de clown au sein de la classe, lève le doigt la première et demande :

« Madame, moi j’veux être actrice depuis toute petite, quelle filière j’dois prendre ?
– Tu fais du théâtre au moins ?
– Ben… non, mais j’ai du talent !
– Eh bien alors, tu ne peux pas être actrice !!
– Vous n’allez pas briser mon rêve en 3 secondes quand même …
– C’est pourtant la vérité… »

Le cours s’arrêtera sur cette fausse note, dommage on trouvait cette femme bien sympa. On nous annonce une sortie sur un chantier le vendredi qui suit. Mes craintes se confirment… Ne soyons pas mauvaise langue, attendons cette fameuse première sortie. Je vous tiendrai au courant de mes mésaventures dans le monde du travail.

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021
  • De la zone à la salle des profs : des enseignants issus de quartiers racontent

    En ce jour de rentrée scolaire, Jasmine Touitou a décidé de faire témoigner trois professeurs dont l'origine sociale ne prédestinait pas forcément à devenir enseignant. Trois destins issus de quartiers populaires, qui pas volonté politique ou la force des choses se sont retrouvés face à des élèves qui leur ressemblent. Témoignages.

    Par Jasmine Touitou
    Le 02/09/2021
  • Banlieues School : la réussite scolaire au cœur

    Lutter contre les inégalités scolaires et prévenir le décrochage de jeunes en difficulté, c’est le but de la toute jeune Banlieues School. Un dispositif d’accompagnement tout terrain qui ambitionne d'aider 1000 élèves dès cette rentrée. Reportage à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis).

    Par Farah El Amraoui
    Le 31/08/2021