Devant les cinoches parisiens, tendez l’oreille et vous avez une chance sur deux d’entendre : « Bonjour Madame, pourrais-je avoir une place pour « Entre les murs » ? » Ça fait maintenant plus d’une semaine que ça dure ! Rares sont ceux qui ne l’ont pas vue, cette palme d’or. Surtout dans le monde de l’éducation. Devant la façade livide du lycée Blanqui de Saint-Ouen, on est loin d’imaginer que le film suscite autant de controverses. Pascale Binet nous tape dans l’œil. Elle est professeur d’histoire-géo depuis 15 ans dans ce lycée et elle « n’ira sûrement pas voir « Entre les murs » ». Pascale n’a plus cours aujourd’hui, juste « un rendez vous chez le médecin à 16h30 ». On a le temps de parler.

Nous nous installons dans une petite salle du premier étage. Un de ses collègues veut bien participer à notre mini-débat. Le ton est vite donné. Les deux sont des purs « opposants à la palme ». Même si le collègue (zut, on a oublié de lui demander son nom !) n’a lu « que quelques extraits du livre », il s’oppose carrément au bouquin et à son adaptation cinématographique. « C’est un réel renoncement à l’enseignement », lâche-t-il. Avant d’ajouter, un peu dégoûté : « Le professeur (interprété par François Bégaudeau, prof dans la vie et coscénariste du film, ndlr) ne se fait même pas respecter. » Pour lui, ce film, c’est simplement « la liquidation de l’enseignement ».

Pascale Binet surenchérit : « Il doit y avoir des règles et des codes à l’école, sinon il faut s’inquiéter pour les générations à venir. » Son collègue quitte la salle. Elle, monte au front. Ce qu’elle ne comprend pas, n’admet pas, c’est l’obtention de la palme à Cannes. « Je pense que Cannes a primé un documentaire plutôt qu’un film, dit-elle. Une palme récompense des acteurs alors que ces jeunes jouent leurs propres rôles. » Même si elle salue le projet de l’atelier ciné, Pascale s’interroge. « S‘ils priment un tel film, c’est qu’ils sont contents que l’école soit ainsi ? »

La professeure, 28 ans d’expérience professionnelle au compteur, poursuit : « Pour moi, ce film montre le mauvais côté des choses. » Pascale Binet se félicite d’avoir maintenant des « élèves à Sciences-Po ». « L’autre fois, en salle des profs, une collègue s’est trompée. Au lieu de parler d’ « Entre les murs », elle a dit « Contre les murs ». » Allez comprendre ! La sonnerie retentit, « bang ding dong, bang ding dong ». Ironique, elle balance : « Je ne vois pas l’intérêt d’aller voir ce film, je n’ai qu’à m’installer, avec des popcorns, devant mes STG. » Elle sourit et s’en va.

A l’étage inférieur, le CDI (Centre de documentation et d’information). Là-dedans, beaucoup grattent du papier. Ici, on est censé bosser. La documentaliste veille au grain. « Entre les murs », pour elle, c’est « un film et non un documentaire ». A la question « Irez-vous le voir », elle laisse échapper un « oui » évident. Comme si elle y était obligée, la dame ira « voir ce film », comme beaucoup d’élèves.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021