On se souvient de Dammartin-en-Goële, cette petite ville de Seine-et-Marne (77) et l’imprimerie tristement célèbre, dans laquelle s’étaient cachés les frères Kouachi après 48h de cavale. Un an après, alors que les regards se sont rivés sur les commémorations des attentats de janvier 2015 et que l’on s’interroge sur l’apprentissage de la liberté d’expression à l’école, d’autres se demandent comment apprendre l’expression tout court… Depuis septembre, une cinquantaine d’élèves du collège de l’Europe de Dammartin-en-Goële n’a encore jamais eu la chance d’avoir un cours de français.
« Je suis désespérée, je ne sais plus quoi faire » explique Samia Mendilli, mère d’un élève du collège. « Depuis la rentrée mon fils n’a pas de professeur de français, il est en classe de 4e. Le français est une des matières les plus importantes au collège. Ils perdent quatre heures de cours par semaine qu’ils passent en classe de permanence où ils ne font rien, en plus mon fils fait du latin, il avait 19,5 de moyenne l’année dernière, cette année il a 9,8. Le latin ne s’apprend pas sans le français, je suis désespérée ». Madame Mendilli a tenté à plusieurs reprises d’alerter l’administration, « selon la direction on a proposé le poste à trois enseignants qui ont refusé l’offre soit parce que le contrat ne leur convenait pas soit parce que le collège était trop loin pour eux. Aucune action n’a été menée depuis quatre mois. J’ai envoyé des mails à l’Education nationale, plusieurs parents ont envoyé des courriers au rectorat. Il paraît que le maire de la ville a aussi envoyé des courriers. On est complètement laissés pour compte et très en colère ».
Le rectorat confirme qu’aucun candidat n’a répondu à l’affectation depuis le mois de septembre. Selon la direction départementale des services de l’Education nationale de Seine-et-Marne : « la procédure de recrutement est toujours en cours, il y a deux ou trois candidats susceptibles de prendre les heures, la situation devrait se débloquer très rapidement ». En attendant que la situation s’arrange pour les élèves de Dammartin-en-Goële, difficile de savoir comment ils pourront rattraper une année scolaire déjà à moitié perdue…
Widad Ketfi

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021