Ils ont décidé de venir en aide aux sans-abri en cette période de grand froid. Grâce aux réseaux sociaux, ces élèves du lycée Mozart du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) ont réussi à collecter denrées alimentaires, couettes et autres dons pour les distribuer prochainement aux sans-domicile.

L’idée lui est venue un soir alors qu’elle était au chaud chez elle. Samedi dernier, Laura, élève de Terminale S du lycée Mozart du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) est devant sa télé et regarde le bulletin météo. « J’ai vu qu’ils annonçaient des températures qui allaient descendre jusqu’à – 10 degrés ces prochains jours. Je me suis demandée ce que je pouvais faire à mon niveau ». Laura est en colère : « Que font nos politiques pour aider ceux qui sont sans domicile et qui vivent dehors avec ce grand froid ? Les associations aident mais ceux qui nous gouvernent, que font-ils ? » 

Laura prend alors son smartphone et lance une idée dans le groupe WhatsApp de sa classe. « Et si nous-mêmes venions en aide aux sans-abris ? » Parmi les élèves, une petite minorité de sceptiques pensent que cela ne va pas fonctionner et mettent en avant le baccalauréat de fin d’année… La grande majorité trouve l’idée super et veut y croire. Le message est lancé sur Snapchat, Facebook et un autre groupe WhatsApp est alors créé pour la vingtaine d’intéressés qui s’organisent durant le week-end : parmi eux, Laura, Yassin, Fatoumata, Devrim, Mohamed, Moussa…

« Ces derniers jours, on a eu froid dans les salles de classe mais quand on voit les températures à l’extérieur, on imagine ce que c’est que d’avoir vraiment froid »

16106805_1074201272689319_1273683116_o

« Au vu des réactions enthousiastes, on a bien vu que l’idée d’aider les personnes qui vivent dans la rue pouvait devenir une initiative sérieuse, raconte Moussa. Ces derniers jours, on a eu froid dans les salles de classe mais quand on voit les températures à l’extérieur et qu’on sait que des gens y vivent, dorment 24 heures sur 24, on imagine ce que c’est que d’avoir vraiment froid. D’habitude, quand on veut monter des projets, ça prend du temps car il y a toujours des désaccords. Là, c’est la quasi unanimité ».

Lundi,  les élèves ont demandé l’autorisation du proviseur qui a accepté qu’ils mènent leur initiative dans l’établissement. Puis, ils sont ensuite passés dans les classes pour présenter leur démarche. « Ca nous a pris 1h30 pour aller expliquer à chacune d’entre elles, se souvient Laura.

« On leur a demandé s’ils voulaient participer à la fois pour collecter mais également pour participer aux prochaines maraudes pour celles et ceux qui le pouvaient, ajoute Laura. Tout le monde voulait participer, c’était vraiment super ! » « Même les professeurs étaient enthousiastes« , précise Moussa.

« Ca me fait plaisir de voir qu’on réussit pour la bonne cause »

16128291_10154895830318454_728628916_n

Stocks de denrées alimentaires, vêtements et couettes à la Maison des Lycéens, lycée Mozart, Blanc-Mesnil, Seine-Saint-Denis.

Dès hier matin, les dons ont commencé à affluer : couettes, couvertures, plaids et vêtements comme des bonnets, des écharpes, donnés par les élèves et leurs familles depuis deux jours. Toutes les fournitures sont stockées au foyer de l’établissement, la Maison des lycéens. D’autres ont amené de la nourriture en conserves, des produits hygiéniques. « Dès 8h10, il y avait déjà 10 sacs de dons », affirme Laura, enthousiaste et ravie du succès de l’appel aux dons. Les élèves ont aussi récolté de l’argent, 170 euros depuis deux jours auprès de leurs familles et de leurs enseignants. « Ca va nous servir à préparer des paniers repas, sandwichs, eau, fruits, pour les sans abris ». La collecte doit durer jusqu’à vendredi 20 janvier. « C’est grâce aussi aux réseaux sociaux qui nous fédèrent, permettent de nous adresser vite au plus grand nombre et de nous organiser rapidement », souligne un élève.

Les lycéens comptent organiser les maraudes pour distribuer leurs collectes dès demain, mercredi après-midi et le week-end prochain, lorsqu’ils ne sont pas au lycée. « Demain, on se rendra dans les alentours, au Blanc-Mesnil, à Drancy puis ce week-end, on ira à Paris du côté de la Porte de la Chapelle, de la Porte de Pantin… » Les élèves ont également mis en place un compte Snapchat, qu’ils ont appelé BFMozart, « comme BFMTV » sourit Moussa pour inciter tous les lycéens à donner mais aussi à suivre leur initiative sur les réseaux.

« Mes parents me disaient que ça n’allait rien donner, que les gens avaient autre chose à penser », se souvient Laura, pas peu fière de la réussite de son initiative. Ca me fait bien plaisir de voir qu’on réussit pour une bonne cause ».

Tamim Gharib

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021