Jeudi 25 janvier, moins d’une semaine après la manifestation réunissant 25 000 enseignants, ces derniers sont redescendus dans la rue à l’appel de l’intersyndicale du 93 et 94. Il y aurait eu près de 40% de grévistes en Seine Saint Denis selon SUD Education, mais ils auraient fait grève chez eux, car dans le cortège qui a marché du carrefour de l’Odéon au ministère, un petit millier de manifestants seulement était présent, selon mes propres estimations.

 

En interrogeant les professeurs c’est une déception, beaucoup d’entre eux sont très déçus de la faible mobilisation. Ils espéraient être beaucoup plus nombreux.

Pensez-vous qu’aujourd’hui cette manifestation va faire bouger les choses ?

« Non, ce n’est pas juste une manifestation qui va faire bouger les choses, mais c’est important d’être là pour exprimer notre mécontentement, il faut continuer notre lutte et ne pas l’abandonner pour ne pas leurs donner raison. Tant qu’on descendra dans la rue, c’est qu’il y aura un problème et si il faut 25 manifestations pour avoir gain de cause, on manifestera 25 fois ! », me répond une manifestante.

 

Une assemblée générale s’est tenue peu après la manifestation où beaucoup de professeurs et moi-même on hésitait, mais au final n’a pas eu le courage d’y aller. En ressort de cette assemblée générale un bref rappel des causes du mouvement, et la décision d’une nouvelle grève/manifestation mardi 30 et ils prévoient le développement et l’extension de la mobilisation par tous les moyens possible dans les établissements.

Les deux dernières manifestations des enseignants m’ont donné envie de savoir ce que pensent les profs au sujet des présidentielles. Les profs espèrent que les prochains décrets les concernant ne seront pas publiés, mais auraient-ils un candidat favori qui répondrait au mieux à leurs besoins ? C’est donc avec ma boite à chaussure en guise d’urne que je me suis baladé dans les deux dernières manifestations pour demander aux profs de voter. 

Pour cela, je leurs ai remis un bulletin avec la liste des candidats en leurs demandant d’entourer leur favori, et de l’introduire dans l’urne. La moitié des participants interrogés samedi venaient de toute

la France, l’autre moitié interrogée jeudi venait essentiellement de Seine Saint Denis. Et les résultats de tous ses profs réunis donnent :

Ne savent pas encore  : 69 28.16

Ségolène Royale   : 38 15.51

Marie Gorges Buffet  : 30 12.24

Olivier Besancenot   : 21 8.57

José Bové   : 21  8.04

Voteront blanc   : 16 6.53

François Bayrou   : 11 4.48

Ne voudront pas voter : 8 3.26
Arlette Laguiller : 6 2.44
Nicolas Hulot : 3 1.22
Clementine Autin : 2 0.81
Villepin : 1 0.40
Sarkozy : 1 0.40
Dominique Voynet : 1 0.40
Bulletins nuls : 12 4.89

Les bulletins nuls correspondent aux profs qui ont entouré plusieurs noms, ou noté 5 bulletins avec le trio Buffet-Bové-Besancenot ou encore aux profs qui ont juste rayé ceux qu’ils n’aimaient pas. Bon nombre n’ont pas participé car il n’avaient pas la nationalité française, ou n’étaient pas inscrits sur la liste électorale, ou tout simplement… m’ont envoyé paître !

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022