« Avec ce flot d’informations, on en oublie l’essentiel : on ne sait toujours pas par où commencer« . Sophie*, élève de Terminale au lycée Mozart, est perdue, comme beaucoup des lycéens concernés par Parcoursup à Mozart ! Le même sentiment est partagé par Julien, élève de Terminale STMG. « C’est vraiment très compliqué de se retrouver avec toutes ces informations à emmagasiner d’un coup ». Si des réunions d’information commencent à avoir lieu, elles ne permettent pas, tout du moins pas encore, de sortir du flou autour de la nouvelle procédure.

Entre CV, lettres de motivation, nouvelles règles d’admission, filières sélectives ou non, une panique et une certaine angoisse ont envahi les élèves de Terminale. Au stress du baccalauréat, s’ajoute celui d’une orientation dont ils ont du mal encore à dessiner les contours. Pourront-ils aller dans les filières qu’ils souhaitent ? Y aura-t-il assez de place ? Quel degré de sélection y aura-t-il ? Est-ce que toutes les candidatures seront bien analysées ? Toutes ces questions, bon nombre de lycéens de Terminale du lycée Wolfgang Amadeus Mozart se les pose. Sans pour l’instant, avoir les idées au clair.

« Je ne peux pas vous aider, je n’ai pas plus d’informations que vous »

Et cela ne va pas en s’arrangeant en écoutant les professeurs, qui eux aussi, sont dans le flou. Ahmed Kherraz, professeur de sciences économiques et sociales ne cache pas sa gêne. « Je ne peux pas vous aider, je n’ai pas plus d’informations que vous » , a-t-il répondu à des élèves l’interrogeant sur Parcoursup. Même chose pour sa collègue Sylvie Diallo, également professeure de sciences économiques et sociales. « On n’a pas eu assez d’information, des réunions ont été tenues mais c’est insuffisant ». De plus, élèves et professeurs ne possèdent pas les mêmes informations, rendant ainsi la situation d’autant plus complexe. « Toutes les infos sont sur Parcoursup mais le seul moyen pour nous d’y accéder serait d’être dans l’illégalité et d’utiliser le code d’un élève car nous n’y avons pas accès par nous-mêmes », précise Sylvie Diallo. « Le proviseur a organisé une réunion pour parler de Parcoursup avec les professeurs , il n’avait aucun document officiel !« , s’insurge un des enseignants de Mozart.

Mobilisation contre « Parcoursup »

Pas de quoi rassurer la plupart des élèves de Terminale qui se retrouvent perdus voire désemparés pour certains face à un nouvelle plateforme qui fait naitre une inquiétude grandissante auprès des élèves mais aussi de leurs parents. Et que penser du fait que le dispositif ait été mis en place alors même que la loi n’a pas été votée ?

Pour réagir face à cela, différents syndicats étudiants et enseignants appellent ce jeudi 1er février à se mobiliser, premier appel à la mobilisation nationale contre la réforme « Parcoursup » et la réforme du bac. Une grande partie des enseignants du lycée Mozart feront partie des grévistes et iront, accompagnés d’élèves, manifester à 14h à Jussieu pour exprimer leur mécontentement d’un système éducatif qu’il juge inégalitaire, encore plus estiment-ils avec cette nouvelle procédure post-bac.

Amel RAHMOUNI, Farah HADDADI, Kévyn FREVILLE

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022