Le ministère de l’Education nationale rayonne. Pris en sandwich, rue de Grenelle, par les différents ministères, il a allumé ses guirlandes lumineuses. Posées sur des sapins tout frais sortis des bois, les guirlandes donnent cet air festif à un ministère en crise. A l’intérieur, l’accueil n’est guère plus joyeux. Interdiction formelle de photographier le hall et le sourire des secrétaires doit coûter cher. Pas le moment de rigoler à l’Education Nationale.

A deux pas d’ici, les manifestations s’organisent. A quelques stations de métro, les lycées sont bloqués. Et pourquoi, on vous le donne en mille ? A cause de la réforme du lycée du ministre contesté Xavier Darcos. Celle-ci a enflammé les jeunes lycéens. Depuis, sous pression, Darcos a « ajourné » la reforme. Il l’a reporté. Mais les jeunes ne se sont pas calmés, ils seront toujours dans la rue, toujours révoltés et ils demandent « la suppression totale de la reforme ». Et parfois, il faut avouer qu’au milieu de cette bataille « Xavier Darcos VS Lycéens en colère », le hasard fait mal les choses. Aujourd’hui, pour le goûter, des lycéens étaient invités sous les dorures de leur ministère. Darcos, en hôte d’un jour, les recevait. Pas pour parler de la réforme, pas pour échanger, et encore moins pour se mettre d’accord sur un projet mais pour remettre « les prix du concours 3 Mots pour l’Europe ». Rien à voir avec l’actualité brulante. Ah dommage !

Ce concours, organisé dans le cadre de la présidence française de l’Union Européenne (« PFUE » dans le jargon ministériel), proposait aux lycéens de réaliser des vidéos « illustrant leur attachement à l’Europe », comme le souligne le site officiel du ministère. Le principe est simple. Sous la forme d’un slam ou d’un sketch, les élèves volontaires doivent réaliser une fiction de quelques minutes. Dans leurs productions, ils devront intégrer les mots : « France », « Union » et « Europe ».

La goutte au nez, nous avons récupéré un badge, franchi deux sas, pris notre respiration, ouvert la porte, nous sommes entrés dans le ministère sous les objectifs des caméras dissimulées. En face, la cour. A gauche, un coin lecture avec les revues de l’Onisep gracieusement posées. On nous indique l’endroit, il faut traverser la cour. Le froid glacial nous empêche d’admirer les décorations de Noël.

L’événement est organisé dans une petite salle du ministère. Une fine moquette, un buffet et les invités silencieusement assis. Impatients de rencontrer le ministre. Beaucoup ont opté pour l’option « tenue de soirée ». Et puis, soudain, le ministre débarque. Les lycéens se lèvent, sourient. « Asseyez-vous » demande Darcos, comme un chef d’établissement qui rentre dans une classe. Le ministre aussi est souriant, il a l’air présent mais ailleurs. Un des organisateurs se présente à la tribune. Il énumère fièrement « Sur notre réseau Dailymotion, notre partenaire, nous avons publié 54 vidéos, nous avons eu 4221 votes sur 560 000 visites ». Et d’ajouter, en fixant le ministre, au premier rang : « Il y a eu un gros intérêt pour le concours ». Xavier Darcos approuve d’un signe de tête, un « oui » évasif. Enfin, il se lève, avouant qu’il « n’a pas vu les vidéos ». Les révoltes lycéennes n’y sont surement pas pour rien. Et puis, il rassure d’un « mais bientôt c’est les vacances, j’aurais le temps ». Pense-t-il vraiment qu’il n’a que ça à faire ?

Sur l’estrade, le ministre vante toute les « initiatives » prises par la PFUE et s’adresse aux étudiants en herbe : « votre avenir d’étudiant s’inscrit dans un espace européen ». Il tient par ailleurs à féliciter les élèves « pour leur enthousiasme, leur talent et leur humour ». Même s’il n’a même pas vu le travail fourni … Enfin, vient le cœur de la rencontre, la remise des prix et des cadeaux. Darcos se transforme en père Noel.

Le prix du public (les internautes de Dailymotion) est décerné à la classe de 1ère CEV du lycée Professionnel Pierre Lescot (Ier arrondissement). Le film récompensé est une parodie de cinq minutes, version « les feux de l’amour » avec pour point d’orgue l’élection d’une miss Europe. Mélissa, premier rôle, prend la parole. Celle qui est aussi déléguée de la classe primée ne peut qu’être fière de « l’honneur qui est fait » à la classe et au lycée qu’elle représente.

Il y a aussi le prix du jury présidé par le si attachant Xavier Darcos ou du non moins perspicace Pierre Mathieu, animateur de la matinale de M6. Un prix décerné à Johan, élève de Terminale BEP Maintenance. Dans cette vidéo projetée sur plasma, on y voit les contours des frontières de l’Europe dessinées avec des mots clés qui définissent le Vieux Continent. Johan explique au ministre, visiblement passionné, comment il a fait pour monter ce film. Il reçoit son cadeau. Autant pour la classe de 1ère que pour Johan, un ordinateur portable. « On en a déjà 130 et 5 salles informatiques » avouera discrètement le proviseur de Pierre Lescot.

Le ministre en costard file déjà, il a du boulot et les vacances à préparer. Etonnamment, aucun élève pendant la séance photo, lui aura glissé un mot sur la réforme. Normal, les invités ne sont pas concernés, ils sont en professionnel. Hasard ? On espère.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • Réforme du bac professionnel : la précarité en marche ?

    Le lycée professionnel est-il condamné à rester l'éternel choix par défaut des élèves en proie au doute de l'orientation ? Alors que le nouveau bac professionnel est entré en vigueur depuis 2018, plusieurs voies s'élèvent pour demander une revalorisation d'un diplôme qui concerne plus de 600 000 lycéens chaque année. Décryptage avec le collectif 'Une voie pour tous’.

    Par Hervé Hinopay
    Le 16/11/2021
  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021