Selon Mohamed, de nombreux étudiants choisissent, par défaut, la LMDE comme sécurité sociale. Mot d’ordre: ne pas tomber malade! En effet, se faire simplement rembourser devient vite très compliqué… Encore faut-il avoir reçu sa carte vitale!

« Moi, ça fait deux ans que j’ai quitté l’université et ils m’ont toujours pas remboursé », « moi ça fait bientôt plus de huit mois que je n’ai pas encore reçu ma carte vitale.» C’est souvent ce que l’on entend lorsque l’on aborde, avec les étudiants, la question de la Mutuelle Des Etudiants.

Communément appelée LMDE, cette mutuelle santé française pour les étudiants, créée en 2000, gère la sécurité sociale étudiante sur tout le territoire français. Elle concentre, à elle seule, les critiques les plus vives sur les forums internet. Important retard de remboursement, carte vitale jamais reçue, difficultés à rentrer en contact avec les services de la LMDE, informations confuses, et files d’attente interminables dans les centres de la mutuelle, sont les problèmes auxquels les assurés doivent faire face.

En lisant ces lignes, vous vous demandez sûrement: pourquoi avoir choisi la LMDE ?

Dans un premier temps, il faut savoir que les étudiants inscrits dans les établissements de l’enseignement supérieur doivent obligatoirement s’affilier au régime étudiant de la sécurité sociale. Ainsi, dès son inscription dans le supérieur, le futur étudiant est incité à faire un choix entre la LMDE et un second organisme, qui gère le régime de sécurité social étudiant sur une portion du territoire français (la SMEREP par exemple). Etant donné le caractère national de la LMDE et le choix limité, l’étudiant choisit souvent par défaut la LMDE.

Par ailleurs, certains militants de la LMDE, installés aux abords des universités durant la rentrée scolaire, forcent la main de ces derniers, souvent très mal renseignés, en leur faisant croire que le choix de la LMDE est obligatoire. Ce qui est absolument faux.

Jusqu’ici  tout va bien pour l’étudiant.

Effectivement, tant que celui-ci ne tombe pas malade après son adhésion, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Néanmoins, lorsqu’une maladie sonne à sa porte, généralement, le parcours du combattant commence. De fait, le remboursement des frais de santé, avancés par l’étudiant, tardent énormément. Ajoutez à cela l’envoi et le renvoi des mêmes pièces justificatives, demandées à maintes reprises par la LMDE. S’en suivent alors des appels téléphoniques sans réponse, des déplacements répétés dans les agences de l’organisme. Bref, du temps perdu dans une vie étudiante déjà bien remplie !

LMDE, une grosse arnaque ?

Sur la toile, certains étudiants, frustrés par la mauvaise gestion des dossiers, l’impossibilité de joindre les conseillers, n’hésitent pas à accuser l’organisme « d’arnaque ». Une accusation qui s’explique tout simplement par l’énorme mécontentement exprimé face à cette situation incompréhensible.

Si l’on considère le montant de  la cotisation annuelle – qui est passée de 203 à 207 euros cette année –  versée à la LMDE par les étudiants non boursiers, âgés de plus de 20 ans, l’inefficacité des conseillers présents en  agence, l’on peut se demander: à quoi sert réellement la LMDE?  À pas grand-chose si l’on se fie aux propos de mes anciens camarades de classe. La légitimité de la Mutuelle Des Etudiants peut être remise en cause par conséquent.

Compte tenu de la précarité sociale en milieu étudiant, l’inefficacité de la LMDE risque de priver certains étudiants de l’accès aux soins du fait de la lenteur des remboursements ou par manque de carte vitale. La Mutuelle Des Etudiants se doit donc de réagir afin d’offrir à ses adhérents un service minimum.

 

Mohamed K.

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021