Une consécration pour certains. Un ouf de soulagement pour d’autres. Obtenir son bac n’a jamais été chose facile, étant donné les programmes de terminale mis en place par l’Éducation nationale. Il reste néanmoins que le bac continue à attirer  des milliers de candidats sur ses bancs.

Malgré sa baisse de standing, le bac continue à faire fantasmer. Il est une manière de se dire que l’on est autant capable que ceux qui l’ont eu avant nous. Il est comme un drapeau que l’on hisse devant nos parents, histoire de leur dire, « vous allez me laisser tranquille maintenant ! » Pour tout un chacun, avoir son diplôme porte une signification particulière. Mais dans mon quartier, on reste lucide quant à sa véritable valeur.

Aujourd’hui, être bachelier ne signifie plus grand chose sur le marché de l’emploi. Ce qui permettait jadis d’ouvrir toutes les portes n’est désormais qu’une voix de garage, au mieux une voix d’accès vers les études supérieures. Ça, les gars de ma cité l’on bien compris. Le bac, ils le méprisent, toutes les blagues, des plus pourries au plus salaces sont les bienvenues. Du bac à fleur au bac à sable … tout y passe.

Devant les halls des bâtiments, ou sur les chaises hautes de la pizzeria du coin, on vente les mérites des gars qui ont réussi sans leur bac en poche comme des mythes bibliques auxquels il faut méditer. On relate les exploits des vaillants héros qui ont démissionné juste avant l’échéance finale pour exercer leurs talents sous d’autres cieux.
A quelques heures des résultats du crû 2012 , les angoisses se lisent sur les visages. On peut l’avoir comme ne pas l’avoir. Pourtant on prie pour figurer sur la liste finale. On exulte pas devant les potos, surtout pas de péché d’orgueil, la chute pourrait être fatale. Dans les cœurs, on espère être de ceux qui l’auront. Dans les bouches, on dit se moquer totalement de l ’issue finale. Entre rêve et désespoir, ambition et indifférence, avoir son bac en 2012 n’est plus la même chose qu’avant.

Jimmy Saint-Louis

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021