Une consécration pour certains. Un ouf de soulagement pour d’autres. Obtenir son bac n’a jamais été chose facile, étant donné les programmes de terminale mis en place par l’Éducation nationale. Il reste néanmoins que le bac continue à attirer  des milliers de candidats sur ses bancs.

Malgré sa baisse de standing, le bac continue à faire fantasmer. Il est une manière de se dire que l’on est autant capable que ceux qui l’ont eu avant nous. Il est comme un drapeau que l’on hisse devant nos parents, histoire de leur dire, « vous allez me laisser tranquille maintenant ! » Pour tout un chacun, avoir son diplôme porte une signification particulière. Mais dans mon quartier, on reste lucide quant à sa véritable valeur.

Aujourd’hui, être bachelier ne signifie plus grand chose sur le marché de l’emploi. Ce qui permettait jadis d’ouvrir toutes les portes n’est désormais qu’une voix de garage, au mieux une voix d’accès vers les études supérieures. Ça, les gars de ma cité l’on bien compris. Le bac, ils le méprisent, toutes les blagues, des plus pourries au plus salaces sont les bienvenues. Du bac à fleur au bac à sable … tout y passe.

Devant les halls des bâtiments, ou sur les chaises hautes de la pizzeria du coin, on vente les mérites des gars qui ont réussi sans leur bac en poche comme des mythes bibliques auxquels il faut méditer. On relate les exploits des vaillants héros qui ont démissionné juste avant l’échéance finale pour exercer leurs talents sous d’autres cieux.
A quelques heures des résultats du crû 2012 , les angoisses se lisent sur les visages. On peut l’avoir comme ne pas l’avoir. Pourtant on prie pour figurer sur la liste finale. On exulte pas devant les potos, surtout pas de péché d’orgueil, la chute pourrait être fatale. Dans les cœurs, on espère être de ceux qui l’auront. Dans les bouches, on dit se moquer totalement de l ’issue finale. Entre rêve et désespoir, ambition et indifférence, avoir son bac en 2012 n’est plus la même chose qu’avant.

Jimmy Saint-Louis

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022