Une petite semaine ne suffirait probablement pas à devenir incollable sur la culture auvergnate. Pourtant, au cours de leur séjour, les collégiens de La Courneuve ont découvert et retenu énormément grâce à ce voyage, mais aussi grâce à  leur curiosité et leur intérêt. Une semaine qui a bien porté ses fruits.

Il en faut du souffle et de l’endurance pour arriver à monter jusqu’au Château de Murol (construit au XIIe siècle par les barons de Murol). Alors que des élèves ont atteint le sommet en moins de deux, certains restent encore au bas de la montée, motivés par leurs professeurs qui les aident à se relever tellement ils sont épuisés.  Une visite guidée se poursuit tout au long de la matinée. Pas de guide pour mener le groupe mais plusieurs spectacles médiévaux, humoristiques révélant à la fois la culture de la région et la manière dont y vivaient ses habitants au Moyen-âge (visite du château à travers son histoire, explication d’un spécialiste sur la fauconnerie…) sans oublier les traditionnels costumes et décors de l’époque porté par les guides et intégrés à la visite. Toujours très intéressés, les collégiens se portent régulièrement volontaires lorsque les comédiens en appellent au public. Théodora du collège Poincaré se voit mise en scène dans un spectacle humoristique sur les conditions d’hygiène d’autrefois. George du collège Poincaré quand à lui, se voit jouer au guerrier dans un spectacle mettant en scène l’affrontement de chevaliers.

Après l’époque médiévale, petit détour par l’église Saint-Nectaire. Nadège Galvier, professeur d’histoire et géographie au collège Jean Vilar, prend le relais pour la visite guidée. Questions-réponses sur la période du moyen-âge, l’architecture de l’église face à eux.  Le groupe se divise en deux : l’un reste à l’extérieur et prend note sur l’architecture romane, la construction de l’église, l’autre rentre à l’intérieur du lieu sacré, la visite et vice-versa.

Eglise Saint-Nectaire rime avec fromage Saint-Nectaire, une des spécialités du coin. Les élèves et leurs professeurs ont pu découvrir son processus de fabrication au cours d’une visite de la ferme Bellonte. Les collégiens ont été initiés au processus de fabrication du fromage directement en ferme. En guise d’introduction, un film d’une dizaine de minutes sur sa préparation, puis, explications sur des termes non compris notamment sur le temps d’affinage « l’étape la plus longue », où le fromage sera posé jusqu’à sa maturation. Pour le Saint-Nectaire « un mois minimum et trois maximum » selon la guide, qui ajoute, « on le laisse en moyenne un mois et demi car après il est trop fort ».

Explication également sur la différence de goût en hiver et en été (moins de goût en hiver). Poursuite de la visite dans cette ferme au milieu des vaches qui ne sont pas celles de la région, comme le pensait au départ les collégiens. « Ce sont des vaches montbéliardes du Jura, elles ne sont pas de la région, celles d’Auvergne ce sont les Salers ». Un élève demande si cela pose problème : « non, il n’y a pas de race obligatoire pour fabriquer le Saint-Nectaire » répond  la spécialiste.

La ferme Bellonte comprend également un scénomusée. Exposition du fromage et visite guidée par une voix sonore, un musée animé sur l’histoire de la région et la fabrication de son fromage.

Pour parfaire leur culture sur l’histoire de l’Auvergne. Deux autres scénomusées ont été visités au cours du séjour : La maison de Toinette et La grange de Julien. Une voix des narrateurs qui content leur histoire. Celle d’habitants de Murat-le-Quaire et l’évolution de leur vie en Auvergne. Le séjour est loin d’être fini. Qui dit Auvergne, dit aussi Volcan. Prochaine destination : Puy de Lemptégy.

Imane Youssfi

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021