Ce matin, j’avais rendez-vous à la gare de Bondy avec Fatimata, une étudiante de 21 ans en licence de Droit à la fac de Paris 5. Je voulais la rencontrer parce qu’elle s’est lancée dans de longues études et qu’elle ne reçoit aucun soutien. Cette Bondynoise a toujours habité près d’une cité et appartient à une fratrie de 6 enfants. « Je suis la seule de la famille à suivre des études supérieures ». Ses trois frères et sœurs aînés travaillent alors que son père est au chômage. Les deux autres vont encore à l’école.

Fatimata est déterminée à aller aussi loin qu’il le faudra pour devenir avocate. Pas facile de tenir le cap quand on vit à plusieurs à la maison avec juste une bourse d’étude pour tout se payer. « Ma mère compte sur moi et je ne veux pas la décevoir », me confie-t-elle. Son caractère y est aussi pour beaucoup. Cette battante cherche des raisons à tout. Alors j’insiste : – Pourquoi avoir choisi le Droit ?

– J’aime défendre. D’ailleurs ma meilleure amie me surnomme l’avocate du diable.

En attendant le train en direction de Haussmann Saint-Lazare, nous rencontrons par hasard une voisine de Fatimata. « Elle est Rwandaise et suit des études de médecine », me lance-t-elle fièrement. Dans une allure sobre et croisant les bras, la voisine demande des nouvelles de la famille. Voilà qu’une troisième personne se rapproche, de style hippie, pantalon pattes d’éph’ et sac en bandoulière kaki. C’est une copine de lycée que Fatimata n’avait pas vu depuis 2 ans :

– Qu’est-ce que tu deviens ?

– Je travaille comme attachée de presse

Les deux anciennes camarades en profitent pour s’échanger leurs numéros avant de se quitter.

Par ses études, Fatimata veut d’abord acquérir un esprit critique et un bon niveau culturel. Elle ajoute : « on dit souvent que les jeunes de banlieue ne savent pas parler. Je veux prouver le contraire ».

Sans chercher à la décourager, je lui demande si elle s’attend à se retrouver sans emploi à la fin de ses études. Elle me répond : « je ne baisserai pas les bras. Même si je dois faire plus d’efforts que mes camarades de classes parisiens pour avoir un bon niveau. Je me donne un maximum de moyens pour réussir mon concours du barreau ».

Par Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021
  • De la zone à la salle des profs : des enseignants issus de quartiers racontent

    En ce jour de rentrée scolaire, Jasmine Touitou a décidé de faire témoigner trois professeurs dont l'origine sociale ne prédestinait pas forcément à devenir enseignant. Trois destins issus de quartiers populaires, qui pas volonté politique ou la force des choses se sont retrouvés face à des élèves qui leur ressemblent. Témoignages.

    Par Jasmine Touitou
    Le 02/09/2021
  • Banlieues School : la réussite scolaire au cœur

    Lutter contre les inégalités scolaires et prévenir le décrochage de jeunes en difficulté, c’est le but de la toute jeune Banlieues School. Un dispositif d’accompagnement tout terrain qui ambitionne d'aider 1000 élèves dès cette rentrée. Reportage à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis).

    Par Farah El Amraoui
    Le 31/08/2021