Il y a souvent des problèmes dans mon école primaire. Des enfants sont envoyés chez la directrice. Soit parce qu’ils ont manqué de respect aux animateurs, soit parce qu’ils ont tapé quelqu’un très gravement. Avant, il y avait des grands de CM2 qui rackettaient les petits de CP, CE1 et CE2 pour avoir leurs cartes Pokémon ou Yu gi ho. Et des fois, il y a trois grands de CM2 qui prennent les bonnets, les gants et les écharpes aux petits, et ils se font des passes avec. Il y a des enfants qui ramènent leur DS ou leur goûter de 16h30 à la récré alors que c’est interdit. Moi, je joue avec mes copines. On joue à chat poteau, à chat glacé, à chat normal.

Une fois, on était à la cantine, un garçon assis à notre table a demandé à aller aux toilettes. Mais ce n’était pas vrai, il voulait aller dans la cour pour jouer avec ses copains. L’animatrice lui a dit non. Ensuite il s’est mis à quatre pattes, il a rampé jusqu’à la sortie. Il a ouvert la porte et il s’est remis debout. Quand il a été hors du réfectoire, il a couru dans le couloir, son copain l’a rejoint. Moi et mes copines on était pétées de rire. Après il est revenu comme si de rien n’était. Pendant ce temps-là, l’animatrice avait le dos tourné. Après le repas nous sommes sortis dans la cour et voilà.

La moyenne générale de ma classe, c’est 6/10 et moi, ma moyenne c’est 7. Dans ma classe, il y a une élève qui, quand elle lève le doigt au lieu de parler, crie. La maîtresse lui dit : « Arrête de crier ! » Alors elle a arrêté de crier. On fait de la science et c’est trop bien. La maîtresse nous a donné une feuille sur la pyramide des aliments en nous expliquant qu’il y a en tout premier les aliments sucrés qui sont très mauvais pour la santé. Puis il y a les aliments gras, les produits laitiers, les boissons, les viandes, les céréales et les fruits et légumes. Les fruits et légumes sont en dernier parce que c’est ce qu’il y a de plus bon pour la santé. Elle nous a aussi expliqué qu’il faut manger tous les aliments qui sont dans la pyramide, tous les jours. Elle nous a aussi demandé de l’écrire derrière la feuille.

Une fois, le prof d’art visuel est rentré dans la classe et nous a dit « salut les p’tis niouks » ; c’était trop marrant. Chaque année la directrice vient donner un ballon pour toute la classe. Un vendredi, quand c’était le dernier jour d’école, la maîtresse a ramené une machine pour faire des crêpes. Elle m’a appelée pour casser un œuf, on a fait les crêpes, on les a même fait sauter.

Quand on travaille dans la classe, c’est le silence, quand on fait des contrôles et qu’on a terminé, on lève le doigt. Soit la maîtresse dit d’attendre que tout le monde ait terminé pour ramasser les feuilles, soit elle dit : « Viens à mon bureau, je vais te la corriger et après tu la colleras dans ton cahier. » J’aime bien mon école comme elle est.

Sofia Méhouri

Sofia Méhouri

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022