Ce matin, samedi 4 mars, une matinée sur l’orientation était organisée au lycée Louise Michel de Bobigny. Plus de cinquante anciens élèves étaient venus à la rencontre des lycéens pour expliquer leurs parcours scolaires et professionnels.

L’objectif principal de cette rencontre : raconter son parcours depuis sa situation de lycéen ; expliquer les difficiles choix d’orientation lorsque l’on manque de conseils et d’exemples autour de soi ; Parler des difficultés à rejoindre certaines filières lorsque l’on vient d’un lycée de Seine Saint Denis.

Farida, de la promo 1994, qui a poussé très loin ses études de sociologie est venue pour rencontrer des élèves, pour les rassurer. Estelle, de la promo 2003, qui travaille à la chambre de commerce et de l’industrie de Bobigny après avoir suivi un BTS dans le secteur, déambule, tout sourire de stand en stand, contente de revoir ses anciens camarades de classe.

Frédéric, membre de l’association Alter-Egaux est venu ce matin pour expliquer aux élèves qu’il est important de ne pas s’auto censurer dans ses choix et que le système scolaire offre toutes sortes de possibilités, à tous les niveaux et qu’il faut savoir les saisir.

Rachid en licence d’éco gestion explique aux lycéens qu’il faudra de toute façon passer par la case travail, comme Stéphane qui fait des études d’histoire et qui leur dit que l’appétit vient en mangeant, que plus il avance dans ses études, plus il se passionne pour cette matière.

Des jeunes comme ceux là, il y en avait plus de cinquante ce matin. Ils sont toujours attachés à leur quartier d’origine et sont venus pour donner des exemples positifs, pour donner des repères et créer du lien. Comme dans tous les autres lycées de France, il y a de grands potentiels dans les lycées de « périphérie ». Il faut les rassurer, les conseiller, leur donner envie de poursuivre leur parcours pour aller au bout de leurs possibilités.

Reste ensuite à concrétiser ces études dans un emploi à la hauteur de leur formation et de leurs compétences. Et là c’est encore un autre sujet.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021