Mardi 5 juillet 2011, une date que les élèves de terminale ne sont pas prêts à oublier ! Pas question de faire une grasse matinée, il a fallut se lever tôt pour être au rendez-vous des résultats. Certains, peu confiants ont préféré veiller sur leur écran d’ordinateur ou de portable, d’autres se sont rendus directement dans le lycée où étaient affichés les résultats.

Nous avons été étonnées de voir autant de déçus, de pleurs, de cris … mais nous avons surtout été profondément peinées de voir nos amis échouer. Ces mêmes amis qui nous motivaient, qui nous rassuraient, se souciaient le plus de notre réussite… Pour ceux qui n’ont pas été admis au second tour, n’arrêtez pas, ne désespérez pas, ne vous découragez pas, ne lâchez rien, mais donnez tout l’année prochaine ! Un an dans une vie, qu’est ce que c’est ?

Alors, ne vous dites pas la « flemme », ne vous dites pas que « c’est la misère de redoubler dans une classe de petits » ou encore «  je suis trop nul, je n’y arriverai pas ». A force d’efforts et de persévérance, vous atteindrez les objectifs que vous vous êtes fixés. Ne jamais rien lâcher, c’est la clé de toute réussite.

Mais heureusement, il n’y avaient pas seulement que des larmes de tristesse mais aussi de joie, des embrassades, des sourires de soulagement, des fous rires et du bonheur de la part des « frais bacheliers », impatients de croquer les vacances.

Pour Nicolas, 18 ans, le bac « représente la porte ouverte pour le supérieur. J’ai l’esprit tranquille et je vais enfin pouvoir profiter de mes vacances. C’est motivant pour la suite ».

Fatine, 19 ans, bachelière de la filière littéraire, déclare que « le bac en tant que redoublante, a été un redoublement d’efforts. Un gros effort sur soi même. L’avoir du premier coup avec mention est le fruit d’une détermination et du travail fourni durant toute l’année. »

Eray, 20 ans, a décroché son bac technologique en gestion. Mais il semble ne pas accorder plus d’importance que cela au bac. «  Je ne me vois pas dépendre de ce papier A4. Mon père a bien réussi sa vie et il est dans une très bonne situation économique sans l’aide du bac. » Il ajoute, pour plaisanter, qu’ « il ne connaît même pas la signification du baccalauréat ».

Fathia, 18 ans, a obtenu son bac S avec mention et malgré les fuites à l’examen. « Le bac représente pour moi une étape importante dans ma vie. Le premier vrai diplôme que je passe, sans compter le brevet. Je vois ça comme le début de mon parcours d’étudiante, qui m’ouvrira, je l’espère, un bel avenir. Maintenant que je l’ai, je suis fière de moi, mes vacances vont super bien se passer. Je me sens débarrassée d’un poids et je pense que je vais être gâtée ! ».

Sonia, 19 ans, a décroché son bac littéraire avec mention. «  Je suis contente de l’avoir mais bon, ça ne change pas ma vision de la vie. Ça me permet d’atteindre mon futur objectif mais ce n’est aussi qu’un moyen parmi tant d’autres. »

Pour Assia, 18 ans, le bac «  c’est l’ouverture  aux études supérieures et à présent je peux enfin dire et me sentir en vacances ! L’objectif du lycée est maintenant atteint. »

Alison, 18 ans également, décroche quant à elle son bac technologique et précise « que si je ne l’avais pas eu, j’aurais passé mes vacances dans ma chambre à déprimer mais maintenant je les vois super belles ces vacances. Mais, il n’y a pas que mon bac qui comptait. Il y avait aussi celui de ma meilleure amie. Car si elle ne l’avait pas eu ce serait comme c’était moi et donc ça m’aurait aussi plombé mes vacances. »

Mayssa, 18 ans, autre bachelière, affirme que « l’année de la terminale a été éprouvante, je ne voudrais la refaire pour rien au monde. Tu ris, tu pleures, c’est dur. Ce qui m’a le plus stressé c’est les fuites en maths. Je pensais le rater à cause de cela. Désormais je l’ai, et je suis pressée d’aller au bled, je vais m’éclater. Me voilà avec un poids en moins. »

Et enfin Clément, 18 ans : « maintenant que je l’ai, je me sens devenir grand. Mon avenir se forme peu à peu. Le bac représente pour moi le billet pour la fac. Je suis tout simplement heureux ! »

Cette année, le taux de réussite du bac est de 76,8%, soit deux points de plus que l’année dernière. Pour certains le travail a payé. Ces nouveaux bacheliers ont des rêves plein la tête avec lesquels ils voudraient changer le monde. Mais avant que le monde change, ils comptent bien profiter des vacances et faire la fête car après l’effort, le réconfort !

Wassila Belkadi et Yamina Jarboua

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021