Il y avait au collège Mme Sémaphore, professeure de français. Elle expliquait de façon claire la matière de son cours, pour que les élèves comprennent. Elle faisait des gestes et utilisait un vocabulaire adapté pour que son message soit compris de tous. M. Seconde, à l’inverse, nous balançait son cours et terminait coûte que coûte le programme en temps et en heures. Et quand on n’avait pas compris il nous réexpliquait en chinois et il nous disait « alors vous avez compris ? ».

Il y avait Mme Distingue qui n’interrogeait que ceux qui avaient toujours tout compris, laissant se noyer ceux qui posaient des questions parce qu’ils n’avaient pas bien saisi. Elle n’avait, je crois, tout simplement pas envie de répondre aux questions qu’elle devait juger trop bêtes. Elle avait beau expliquer mille fois les mêmes choses, ça n’entrait toujours pas dans la tête de certain. D’autres n’osaient même pas lever la main de peur de se faire hurler dessus.

Quant à M. Kiwi, professeur de lycée, il était assez spécial. Il notait à la tête des élèves. Un jour il avait très bien noté des élèves qui n’avaient pas rendu leurs copies… Il parlait beaucoup, passait des heures à nous lire des poèmes ou des extraits de romans sans vraiment faire son cours, comme on dit. Je trouvais agréable d’avoir de bonnes moyennes sans efforts mais quand il y a eu le bac à la fin de l’année, là ça a fait mal voire très mal.

M. Stressé, lui, était toujours débordé. Il essayait de faire son cours, mais n’obtenait pas le silence. Les élèves se moquaient de lui parce qu’il était trop gentil et voulait toujours bien faire. Un jour pour avoir le silence, il a tapé tellement fort sur la table avec sa main qu’il s’est évanoui.

Sans oublier M. Inquiet qui allait jusqu’à chercher dans leur maisons ceux des élèves qui avaient oublié de rendre leurs fiches d’orientation pour le conseil de classe du lendemain. Il se préoccupait beaucoup de l’avenir des élèves.

Enfin il y avait Mme Sympa qui était très bonne professeure. Tout le monde la comprenait, elle était juste avec tous les élèves, ayant à cœur de leur donner à tous une chance de réussir les contrôles. Elle avait deux exigences : être attentif en cours et faire ses devoirs.

Voilà une galerie de quelques-uns de mes professeurs. Vous vous direz que cela est très varié, mais pour ne rien vous cacher j’aurais préféré une qualité d’enseignement égale, au collège comme au lycée.

Sachine Bakh

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021