Il y avait au collège Mme Sémaphore, professeure de français. Elle expliquait de façon claire la matière de son cours, pour que les élèves comprennent. Elle faisait des gestes et utilisait un vocabulaire adapté pour que son message soit compris de tous. M. Seconde, à l’inverse, nous balançait son cours et terminait coûte que coûte le programme en temps et en heures. Et quand on n’avait pas compris il nous réexpliquait en chinois et il nous disait « alors vous avez compris ? ».

Il y avait Mme Distingue qui n’interrogeait que ceux qui avaient toujours tout compris, laissant se noyer ceux qui posaient des questions parce qu’ils n’avaient pas bien saisi. Elle n’avait, je crois, tout simplement pas envie de répondre aux questions qu’elle devait juger trop bêtes. Elle avait beau expliquer mille fois les mêmes choses, ça n’entrait toujours pas dans la tête de certain. D’autres n’osaient même pas lever la main de peur de se faire hurler dessus.

Quant à M. Kiwi, professeur de lycée, il était assez spécial. Il notait à la tête des élèves. Un jour il avait très bien noté des élèves qui n’avaient pas rendu leurs copies… Il parlait beaucoup, passait des heures à nous lire des poèmes ou des extraits de romans sans vraiment faire son cours, comme on dit. Je trouvais agréable d’avoir de bonnes moyennes sans efforts mais quand il y a eu le bac à la fin de l’année, là ça a fait mal voire très mal.

M. Stressé, lui, était toujours débordé. Il essayait de faire son cours, mais n’obtenait pas le silence. Les élèves se moquaient de lui parce qu’il était trop gentil et voulait toujours bien faire. Un jour pour avoir le silence, il a tapé tellement fort sur la table avec sa main qu’il s’est évanoui.

Sans oublier M. Inquiet qui allait jusqu’à chercher dans leur maisons ceux des élèves qui avaient oublié de rendre leurs fiches d’orientation pour le conseil de classe du lendemain. Il se préoccupait beaucoup de l’avenir des élèves.

Enfin il y avait Mme Sympa qui était très bonne professeure. Tout le monde la comprenait, elle était juste avec tous les élèves, ayant à cœur de leur donner à tous une chance de réussir les contrôles. Elle avait deux exigences : être attentif en cours et faire ses devoirs.

Voilà une galerie de quelques-uns de mes professeurs. Vous vous direz que cela est très varié, mais pour ne rien vous cacher j’aurais préféré une qualité d’enseignement égale, au collège comme au lycée.

Sachine Bakh

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022