Obtenir une mention ou se faire plaisir ? En sortant de seconde, on nous demande de choisir une filière. On ne nous précise pas que notre choix sera décisif pour l’obtention d’une bonne mention. Donc on choisit souvent une filière, pour sa renommée, avec l’avis des profs qui pensent savoir qu’elle nous sera plus adaptée ou encore parce que nos ami(e)s y vont. Et se faire plaisir alors ? Certes, c’est un examen, mais c’est aussi de nombreuses heures de mathématiques ou d’histoire durant lesquelles vous vous ennuierez parce que vous savez que ces matières ne vous conviennent pas. D’autres choisissent un cursus nouveau où certaines matières les intéressent vraiment et où ils sont prêts à sacrifier une matière, les SVT par exemple, au détriment de l’histoire.
L’objectif étant le bac, il est nécessaire de courir derrière les points afin d’éviter à tout prix le rattrapage. Pour cela, les élèves multiplient les options : danse, musique, italien… Un peu comme ce que j’ai fait. Il fallait bien que je compense quelque part. On pourrait se demander si le bac est vraiment donné quand on sait que beaucoup d’élèves encore n’ont pas leur bac. 87.8 % des candidats ont obtenu leur bac cette année. Il y a-t-il trop de diplômés ? La France a-t-elle davantage de « bacheliers » ou d’équivalent que ses voisins ? Faut-il réformer le bac ? Toutes ces questions reviennent chaque année et aboutissent au problème suivant : comment augmenter la part des bacheliers ? Peut-être en mettant la singularité de l’élève au cœur du système éducatif… Mais la réelle question est de savoir quel est le niveau des bacheliers.
Mais qui pense à l’acquisition des connaissances ? Être aveuglé par les notes fait souvent oublier la masse d’informations que nous avons apprise, en si peu de temps. Juste pour ça, vous pouvez être fiers de vous. Apprendre les formules en mathématiques, même si je sais que vous les mettez tous dans votre calculatrice, ce n’est pas évident. En revanche, chapeau bas pour avoir acquis les dates historiques et leurs événements. Mieux encore, avoir appris toutes vos notions en SES ! Hiberner sous la couette avec les fiches déchirées par votre acharnement au travail, se lever très tôt afin d’espérer avoir une place en bibliothèque (dédicace aux forçats de la Villette et de Pompidou) ou encore faire toutes les annales, fait de vous un bachelier respectueux. Vous pouvez désormais faire une croix, partielle, sur ces livres et fiches entassés par terre, sur votre bureau ou dans votre lit.
Tweets et marronniers
Mais cette épreuve a aussi été celle aussi de vos amis et de votre famille ! Vos compagnons de galère ont subi le même parcours. Votre famille encore plus : vous avez des frères et sœurs donc ils deviennent assez experts en la matière. Vos amis sont là pour vous soutenir dans les plus rudes moments, mais aussi jusqu’au plus joyeux. Et puis il y a les réseaux sociaux, où l’ont essaye de trouver du soutien.
Les terminales ont monopolisé Twitter avec leurs hastags #BAC2015, #BACES… Y’a ceux qui dépriment avec leurs approximations, d’autres qui jouent les médiums… Extraits : « Beaucoup disent c’est le dernier jour, ok je suis d’accord avec eux c’est le dernier jour de notre existence #BacMaths #BacES ». « Ma plus grande peur demain ? Que ma calculatrice m’affiche “batterie faible” #BacMaths #BacES ».« Finir le bac avec les maths c’est quelle genre de blague ? #BacES #Bac2015 ».
Il y a bien sûr les corrigés qui suivent. Tous les journaux n’ont pas manqué de nous le rappeler. Les magazines d’information ressortent tous les ans les grands titres, c’est-à-dire les marronniers autour des triplets qui passent le bac ou encore les prodiges de 10-13ans. Évidemment, nous sommes impressionnés, mais c’est lassant !
Par ailleurs, l’année du Bac est aussi l’année d’APB ! Admission Post Bac. Alors on te demande en terminale de choisir encore une fois ton futur. Bon, tu commences à trier les matières et tu prends conscience que tu as plus d’affinité avec une. Donc ton choix d’étude se tournera vers celui-ci. Pour connaître tes vœux, tu décides d’aller aux portes ouvertes, aux salons, aux conférences. Mais c’est à toi de décider…
Le stress d’APB se rajoute et vous devez patienter jusqu’au jour des résultats d’admissions ! Et là vous êtes contents parce que vous avez ce que vous voulez ou au contraire vous relancez, une fois, deux fois en pensant que c’est la bonne et non, une troisième fois. C’est pourquoi, à mon sens, le dossier scolaire est plus important.
Et pour finir, les soirées du bac ! C’est l’occasion de brûler vos cours, de retrouver vos amis de toutes les filières, de manger, boire, danser, chanter, embêter les voisins. Parce que vous l’avez mérité.
Gouja Yousra

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021