Lundi 23 novembre, lors du cours d’histoire, l’infirmière débarque pour nous distribuer des papiers à transmettre à nos parents. Elle essaie de faire vite voyant la prof s’impatienter. Les questions fusent : « Madame qui est-ce qui va nous piquer ? – C’est moi. – Madame, c’est payant ? – Non, c’est gratuit. – Madame, c’est vrai qu’en faisant le vaccin on peut en mourir, comme quelqu’un il n’y a pas longtemps ? – Mais non, voyons, la personne qui est morte avait des antécédents ! » Et maintenant, la question fatale : « Et vous, Madame, vous êtes vaccinée ? Après un moment d’hésitation, elle répond. – Non… En tout cas pas pour le moment. »

Hum… c’est louche. Dans les feuilles distribuées par l’infirmière, il y a d’abord un courrier qui nous rappelle que la vaccination des élèves commencera fin novembre et se terminera probablement au mois de mars, dans les établissements scolaires. Ce courrier nous précise également qu’on sera piqué par « des infirmières diplômées d’Etat sous contrôle d’un médecin ».

On trouve ensuite un document d’explication sur la vaccination, ainsi qu’une charte de la personne accueillie pour la vaccination antigrippale A (H1N1) 2009. Enfin, un questionnaire qui doit être complété par les parents : « Est-ce que vous avez été malade le mois précédent le vaccin ? Est-ce que vous êtes allergique ? Est-ce que vous êtes enceinte ? », etc. Et pour terminer, la question fatidique : « Souhaitez-vous faire vacciner votre enfant ? »

A chaud, personne dans la classe n’est « pour » se faire vacciner. Quelques jours plus tard, je pose la question à quelques-uns de mes camarades, et voici les réponses : « Non, moi je ne veux pas, mais par contre, ma mère elle me saoule parce qu’elle veut que je le fasse ! – Du coup, tu vas te faire vacciner ou pas ? – Non, même si ma mère veut, je suis désolée, mais c’est ma santé pas la sienne ! »

La réponse « moi, je ne veux pas, mais ma mère veut » revient plusieurs fois. L’inverse existe aussi : l’élève souhaite se faire vacciner mais les parents sont contre. Qui aura le dernier mot ? Pour le moment, dans ma classe de 24 élèves, deux seulement veulent se faire vacciner. Certains hésitent encore, d’autres sont complètement opposés à cette idée, et la plupart ont peur. Je pose la question certains profs. Pas un seul n’adhère à la vaccination. Nous avons eu un échange d’une heure avec notre prof de SVT (Sciences Vie et Terre) sur le sujet. Le programme de ce trimestre est quand même « bactérie et virus », il aurait été dommage de ne pas aborder ce thème avec lui.

Le 30 novembre, c’est-à-dire aujourd’hui, la feuille remise par l’infirmière devra être rendue, que la réponse soit positive ou négative. Seuls nos parents auront décidé si nous devons ou non nous faire vacciner. Le vaccin contre la grippe A, remède ou poison ?

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022