Par cette fin de matinée maussade, une poignée d’élèves sort du collège Albert-Camus dans un calme inhabituel. Malek et Raynald, deux parents d’élèves, les attendent pour leur distribuer des tracts. Ils veulent leur expliquer l’opération « collège désert » à laquelle ils appellent pour protester contre les conditions d’enseignement dans l’établissement. Dans leur viseur, un problème en particulier : onze classes de 6e et 5e n’ont pas de cours de technologie, soit 290 élèves, et six classes de 5e et 4e n’ont pas de cours d’anglais, soit 157 élèves. Un des parents nous glisse une information en plus : une classe de 4e n’a toujours pas eu de cours de français depuis la rentrée.

Les problématiques à Albert-Camus s’accumulent, comme trop souvent dans le département : manque de professeurs, sureffectif, salles trop petites… Plusieurs parents ont répondu à l’appel “collège désert”, en gardant leurs enfants chez eux, pour exprimer leur colère. Le taux d’absentéisme a ainsi été estimé à 40 % entre 8h30 et 9h30 par des parents qui ont compté les collégiens dès l’ouverture du collège. Raynald nous confie son inquiétude : « Les enfants prennent la double peine. Au lycée, personne ne leur pardonnera certaines lacunes. On oubliera qu’ils n’ont pas eu de profs. » Il poursuit en évoquant la principale revendication des parents : « On demande que les postes vacants soient occupés de façon pérenne avec des gens qui soient compétents et efficients. »

Il nous explique que le mouvement de contestation des parents d’élèves se met progressivement en place : « Les parents commencent à se mobiliser. Hier, nous étions plus d’une trentaine à nous renseigner sur la situation actuelle. On est en train de s’organiser pour être entendus. » Malek Beklani poursuit : « J’espère qu’il y aura un maximum de parents qui vont se mobiliser et qu’ensemble, on pourra décréter des actions à mener pour informer et obtenir gain de cause. »

Moins d’attention pour nos élèves

Le papa donne sa vision de la dégradation des conditions de travail des professeurs et des élèves : « Je pense que c’est un manque de moyens. Aujourd’hui, des enseignants titulaires sont remplacés par des contractuels qui n’ont pas réellement obtenu le diplôme, forcément, le niveau se dégrade à ce niveau-là. Les classes sont surchargées, donc du coup, les conditions de travail sont beaucoup plus difficiles, elles font qu’il y a moins d’attention pour nos élèves. »

Jérémy Daugreilh, professeur au collège, va dans le même sens : « On est dans une logique d’économie. Il y a eu une hausse de la démographie qui a été mal anticipée. On essaie d’accueillir plus d’élèves avec des moyens financiers qui n’augmentent pas. » Il fait aussi allusion au contexte du 93 : « On n’est pas le seul collège à avoir des difficultés. Quand on parle avec nos collègues, ils ont globalement les mêmes problèmes. »

Les rares élèves que nous apercevons nous confirment que le taux d’absentéisme est élevé à l’occasion de cette opération « Collège désert », mais que les cours ont tout de même lieu. Un autre parent d’élève qui a gardé son enfant chez elle est venue s’informer sur la situation au collège. Raynald lui explique qu’elle devra évidemment justifier l’absence de son enfant. Une collégienne nous donne son avis sur la situation : « La grève des profs permet aux gens de se rendre compte de ce qui se passe. Je trouve que c’est bien. »

Hervé HINOPAY

Articles liés

  • Le lycée Blanqui de Saint-Ouen en lutte pour Walid, menacé d’expulsion

    Mercredi 6 novembre, Walid, étudiant en BTS au lycée Auguste-Blanqui à Saint-Ouen, s’est fait contrôler à Saint-Lazare alors qu’il n’avait plus de titre de séjour. Le jeune homme de 22 ans dort désormais en rétention à Vincennes. Enseignants, élèves et parents se sont mobilisés ce jeudi pour empêcher son expulsion vers le Maroc, son pays d’origine. Reportage.

    Par Nada Didouh
    Le 15/11/2019
  • A Ivry, le collectif Romain-Rolland s’organise en vue des procès

    Des lycéens arrêtés pour avoir écrit « Macron démission ! » sur le tableau des absences, des perquisitions à leur domicile et, bientôt, des procès… Les lycéens de Romain-Rolland, à Ivry-sur-Seine, subissent une répression judiciaire qu’ils dénoncent avec le soutien de parents d’élèves, d’élus et de militants de gauche. Le collectif qu’ils ont créé se réunissait ce mardi. Reportage.

    Par Céline Beaury
    Le 14/11/2019
  • « A partir du 20 du mois, je ne mange qu’une fois par jour »

    Le monde étudiant est sous le choc après qu'Anas, 22 ans, s'est immolé devant un bâtiment du Crous de Lyon, où il apprenait les sciences politiques. Partout en France, les étudiants se mobilisent autour des universités et du hashtag #LaPrécaritéTue. Sarah raconte sa propre expérience, personnelle et professionnelle, de cette problématique.

    Par Sarah Nedjar
    Le 13/11/2019