Qui a dit que hors le sport et le rap, il n’y avait point de salut pour les jeunes issus de l’immigration ? Personne, bien sur ! Hamid, 21 ans (photo), habitant du 19e à Paris, avait son destin tout tracé dans la comptabilité, à l’image de la majorité des élèves sortant du collège, (dés)orientés vers des filières ultra-passionnantes comme la compta ou le secrétariat. La révélation n’est pas venue à Hamid au détour d’un bilan comptable, mais par la rencontre avec le théâtre et la littérature. Son BEP compta raté en poche, il décide de tout arrêter et de se lancer dans ce qui l’intéresse vraiment : l’écriture.

A coté de ses petits boulots, la chambre de Hamid lui sert de salle de classe et de fac. Ses livres ont remplacés ses professeurs. Avec une insatiable soif de savoir, il s’instruit en autodidacte, tout y passe : la philosophie, les romans, la poésie, des pièces de théâtre. « Je fais des fiches, sur lesquelles je prends des notes, avec un dictionnaire près de moi. Un dico spécialisé en économie, un autre en droit, un de philo et le Petit Robert, bien sûr. »

Son organisme est affamé de connaissances. Ses lectures : « L’étranger » de Camus, le théâtre complet de Sophocle, « L’Ethique à Nicomaque » d’Aristote, « Le Banquet » et « Phèdre » de Platon, « Les méditations métaphysiques » de Descartes, « La première géographie de l’Occident », de Ghazali Idrisi, « Les rêveries du promeneur solitaire » de Rousseau… De cette nourriture abondante est née une pièce de théâtre, écrite par Hamid, qu’il pense intituler « Cécile ou le bal masqué ». Cécile, une jeune noble, est le personnage principal. Les puissants y sont tournés en dérision, sur fond de mélo amoureux situé fin 17e, début 18e dans un pays imaginaire, « la Lidhanie », avec son roi et sa cour. Cécile décide de se déguiser en homme afin de conquérir son aimé.

« Mais dis-moi, Hamid, que t’ont apporté la lecture et l’écriture ?
– Elles m’ont permis de m’ouvrir à diverses cultures, de me mieux me connaître moi-même.
– Que serais tu devenu si tu n’avais pas découvert la littérature et la philo ?
– Je serais sûrement devenu un délinquant, un voyou sans but s’identifiant aux dealers du quartier. »

Hamid qui jongle avec les mots comme Zidane avec le ballon, veut monter sa pièce de théâtre. Il est à la recherche d’acteurs professionnels ou amateurs de tous âges et de tous horizons. L’important, dit-il, c’est « qu’il y mettent du cœur ». Si vous pensez être Cécile, ou le roi, ou un précieux marquis, n’hésitez pas à laisser un message cette adresse : hamid791@hotmail.com.

Idriss K

Idriss K

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021