Jugés trop provocants dans les lycées, les jeans taille basse posent un véritable problème. Les jeunes filles qui laissent leur ventre à l’air de manière à ce qu’on aperçoive le piercing et des tailles basses pour laisser apparaître le string ne pourront plus rentrer dans les établissements.

Eric Raoult, maire du Raincy (93), a adressé une lettre le 14 juin dernier au ministère de l’Education nationale et aux fédérations de parents d’élèves dans laquelle il évoquait le problème des tenues à la limite de la décence voire provocantes chez les lycéennes et collégiennes.

J’ai recueilli deux témoignages de deux jeunes filles avec des avis différents sur la question.


Sonia, 17 ans, lycée Albert Schweitzer du Raincy

C’est vrai que je porte des pantalons taille basse mais c’est la mode, on en trouve partout dans les magasins. Mes parents ne me disent rien alors je ne vois pas pourquoi je vais m’en priver. Je ne me vois pas porter des uniformes pour aller en cours.

Je ne trouve pas que ce soit de la provocation de mettre des tailles basses et ça va être difficile de changer ça. La plupart des filles s’habillent comme ça, même les adultes. Le vrai problème ne vient pas des jeunes filles en taille basse mais du gouvernement qui change et crée des lois tout le temps. Il y a eu l’histoire du voile, au début ça ne causait pas problème et d’un coup ça à fait un boucan pas possible. Maintenant c’est les tenues vestimentaires. Où va-t-on ? Ils nous collent des nouvelles lois à tout moment sans se soucier de l’avenir des jeunes. Il n’y a pas que le problème des pantalons taille basse à régler dans ce pays.

Fadéla, 16 ans collège Brossolette à Bondy


Honnêtement, il y a des filles qui abusent, elles se croient dans les clips de MTV télévision. Il y en a qui se prennent pour Beyonce ou bien d’autres stars américaines. Dans mon collège, c’est le défilé de mode, elles viennent en starlette. Elles portent des mini-jupes avec des bottes ou des pantalons taille basse et laissent leurs poitrines à l’air. Quand elles s’assoient, on aperçoit leurs strings ou leurs tatouages. Moi j’ai honte à leur place. Mes parents ne me laisseront jamais m’habiller comme ça.

Pour les garçons, c’est la joie de les voir comme ça. Elles sont sexy disent-ils et faciles et bien foutues. Parfois elles se font traiter de garce et je comprends pourquoi. Elles ne comprennent pas que ce n’est pas en s’habillant comme ça que les garçons vont les respecter. Je ne pense pas que les uniformes dans les lycées soient la meilleure solution mais il faut avant tout respecter le règlement du collège.

Essi Gnaglom

Essi Gnaglom

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021