Les uniformes à l’école sont peut-être de retour. Une proposition du ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos. L’ancien professeur agrégé de lettres a des envies de femme enceinte. Des envies d’uniformes pour les élèves. Il en avait fait part une première fois à New York en septembre 2008, puis tout récemment à Londres. Si vous fantasmez sur les collégiennes telle Britney Sears (chacun ses références) dans son tout premier clip « Baby one more time », vous serez déçus. Il ne s’agit pas d’un uniforme classieux à l’anglaise ou à la japonaise. Mais d’un t-shirt. « Hein ? Un t-shirt ? Qu’il arrête de nous prendre pour des clowns », râle Babette, collégienne à Paris, avec son petit sac à main.

« Il est hors de question que je change mon look pour un truc machin moche, prévient Marion, sa copine. – Même si c’est un t-shirt signé Galliano ? dis-je. – Ha non, John G, on prend tout de suite », s’exclame-t-elle. Autre bande de collégiens et de collégiennes. Léa : « C’est une vraie fausse bonne idée, comme on dit entre nous. » Floriane : « Et en plus, si c’est pour ressembler à des agents de la RATP, c’est vraiment horrible. Je ne suis pas du tout intéressée. » Les garçons, maintenant. Pat : « Moi, ça me gênerait pas, tant que c’est un t-shirt. On ne le verra même pas. » Eric : « Si c’est à l’anglaise, non Merci. Et puis quoi encore ? Bientôt, ça sera l’armé ! Ouais, c’est sur, ça va être l’armé à l’américaine. Je suis certain qu’un jour, ça va revenir. »

Les parents d’élèves d’une école maternelle située juste à côté, sont catégoriques. Ils ne veulent pas d’uniformes pour leurs bouts de choux. « Encore une annonce idiote : pour faire genre, je propose quelque chose… Déjà qu’il rame avec les lycéens et les profs », marmonne la maman de la petite Lou. « Triste comique. Il fait ça pour nous détourner des vrais problèmes. Est-ce qu’un t-shirt va remonter le niveau de nos enfants ? Ou leur apprendre à mieux lire ou écrire ? », s’interroge le parent d’un petit garçon.

« Son but est d’effacer la différence de fortune, objecté-je. – Eh ben, il s’y prend vraiment mal. Un t-shirt siglé ne va rien effacer du tout. Il reste le jean, les baskets et même le matériel scolaire. Il faut apprendre plutôt à nos enfants à se contenter de peu, à faire avec ce qu’on leur apporte. En Afrique, c’est comme ça. Il ne faut pas céder à leurs caprices, même si c’est parfois difficile de leur refuser », explique avec le sourire une nounou noir.

Un fonctionnaire de la préfecture de Paris a un autre discours : « Moi, je trouve cela très bien, d’avoir un uniforme. J’avais une blouse dans le temps et ça nous mettait tous à égalité. Mais je ne pense pas qu’un t-shirt stoppera le racket. – Vous ne craignez pas que cela puisse empêcher l’enfant de s’affirmer et d’exprimer sa différence ?, lui demandé-je – Qu’on arrête cette masturbation intellectuelle qui veut qu’un enfant de 7 ans doive exprimer sa différence. »

La morale de l’histoire revient au petit Gaëtan : « Il faut lui dire au monsieur qu’on ne peut pas mettre un t-shirt l’hiver sur une doudoune, c’est pas possible, c’est trop petit. »

Nicolas Fassouli

Nicolas Fassouli

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021