Selon nos informations, la gare d’Ermont-Eaubonne, dans le Val d’Oise, a été nettoyée dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6 décembre avec l’appui des forces de l’ordre, comme cela a été le cas de la gare de Saint-Denis dans la nuit de vendredi 1er à samedi 2 décembre.

« La gare d’Ermont a été nettoyée la nuit dernière, pour les mêmes raisons d’insalubrité et de sécurité qu’à Saint-Denis samedi, nous fait savoir la SNCF, donneuse d’ordre du prestataire H. Reiner, filiale du groupe Onet. Le recours aux forces de l’ordre est malheureusement nécessaire, les grévistes ne laissant pas l’accès aux employés non grévistes. Les clients des gares ont ainsi une gare propre ce matin », nous indique l’entreprise ferroviaire par mail.

« Cela donne du poids à nos représentants syndicaux qui sont actuellement en négociations »

« Cela ne change rien, le nettoyage de la gare d’Ermont-Eaubonne renforce même notre motivation« , affirme Moussa Cissé, 40 ans, agent de nettoyage H. Reiner en grève pour la première fois de sa vie professionnelle.

Même état d’esprit pour Alain Belhocine, 46 ans, qui comptabilise 17 années d’ancienneté comme agent de nettoyage avant à SMP, l’ancien employeur, aujourd’hui à H. Reiner. « Le fait de procéder au nettoyage par la force me donne encore plus de volonté dans mon combat aux côtés de mes amis grévistes. Plus ils procéderont ainsi, plus on sera fort mentalement pour tenir. Je pense aussi que ça donne du poids à nos représentants syndicaux qui sont actuellement en négociations ».

Reprise des discussions entre syndicats et direction ce mercredi matin

Slon nos informations, les discussions entre syndicats et direction de H. Reiner ont effectivement repris ce mercredi à 10h à Aulnay-sous-Bois comme le prévoyait le calendrier de négociations initial. Les représentants des salariés CFDT, FO et Sud Rail conditionnaient le retour à la table des négociations à l’annulation des lettres préalables à d’éventuels licenciement comme nous vous le révélions dans notre article du 4 décembre 2017. Selon les syndicats, la direction de la filiale d’Onet aurait accepté d’annuler ces convocations. La réunion de négociations est toujours en cours.

Mohammed BENSABER avec Nassira EL MOADDEM

Lire aussi :

La direction de H. Reiner convoque plusiers agents de nettoyage en grève en vue d’éventuels licenciements

Après 33 jours,  des négociations toujours aussi difficiles entre les agents de nettoyage et la direction d’Onet

Depuis  26 jours, ces agents ont cessé de nettoyer des gares d’Ile-De-France pour de meilleures conditions de travail

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020