Fin du mois d’avril, du bac à la fac on connaît tous ce passage angoissant quand, après le refus d’aller passer un énième été en famille chez la cousine germaine de la tante de mon père dans le coin le plus paumé de la France, les parents nous disent : «  tu es bien assez grand(e) maintenant, tu n’as qu’à te trouver un job d’été si tu veux tant partir en vacances tout(e) seul(e) ». Le plan soleil-paëlla-parties de foot entre potes sur la plage se décolore alors quelque peu et les choses sérieuses commencent. Cet été, oui maman, oui papa, je travaillerai et me paierai moi-même mes vacances de rêve.

Commence alors la recherche effrénée. « Non, moi je veux un job stylé, t’as vu le Macdo c’est pas pour moi » m’a dit Jérôme l’été dernier.  Il n’avait pourtant plus l’air de se souvenir de cette conversation quand il m’a servi mon maxi best of filet-o-fish le mois suivant ! Mais avant de croiser la moitié de ses connaissances bondynoises entre le Bershka et les galeries Lafayettes de Rosny, le temps est à la recherche et… à la rédaction du CV et de notre cauchemar à tous : la lettre de motivation.

J’ai été tour à tour sportive aguerrie et passionnée lorsque pour Décathlon j’ai postulé pour devenir calme, réfléchie, rigoureuse et sérieuse quand l’inventaire je devais faire. Vous connaissez la chanson, et nous poursuivons au fil de nos candidatures cette mascarade politiquement correcte qui voudrait que nous ne voulions postuler que pour CE poste ci et que, par le plus grand des hasards, nous ayons fortuitement toutes les qualités requises aux postes doublées d’une motivation plus résistance qu’un gilet en kevlar. Le recruteur découvre de manière enchantée toutes ces candidatures entassées mais qu’il doit savoir multiplier dans le but d’être rappelé. Ce qui, vous le savez, manque bien souvent d’arriver. Oui, plaignons nous.

Tous les étés, j’ai voulu travailler. Alors des centaines de CVs j’ai envoyé. Mais y a-t-il une technique imparable ? « Eh tu fais quoi cet été ? – Oh je bosse à la poste mais tu sais, les enfants du personnel tout ça … – Mais, tes parents sont retraités (!) – Oui mais bon le cousin de ma mère y bosse encore ». De LVMH au service public, le piston semble être en tête des bonnes techniques avec un rapport temps de recherche/impression de CV et tendinite minimum – oui parce qu’on est d’accord, la rédaction de la lettre de motivation reste le seul moment de l’année pendant lequel on quitte notre confortable clavier azerty pour une feuille blanche et un stylo…  Si ce n’est pas déjà fait : à vos connaissances !

Pour le reste du commun des mortels qui se connectera pour la première fois au pôleemploi.fr à même pas vingt ans – la crise touche tout le monde, la formule miracle n’existe malheureusement pas : vendeur, serveur, barmaid, animateurs, préparateur de commande ou standardiste, l’essentiel reste de se faire embaucher ! Sinon il reste toujours les bords du canal pour lancer BondyPlage2012 !

Jihed Ben Abdeslem

Articles liés

  • Privatisation : les agents de la RATP défient la loi du marché

    Après une grève historique le 18 février 2022, les salariés de la RATP, s’estimant négligés par la direction, se sont à nouveau réunis pour poursuivre leur mobilisation. En cause, toujours, des revendications salariales, mais surtout, une opposition ferme au projet de privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 26/03/2022
  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022