Magda Malarz a fait un rêve et il fallait qu’il devienne réalité : entendre l’appel de l’ailleurs pour vivre ses rêves et non rêver de sa vie. Cette jeune femme trentenaire a eu son chemin tout tracé. Avec un bac plus cinq en poche, le monde du marketing est à elle. Seulement le train-train quotidien du métro-boulot-dodo fait de sa vie un mortel ennui.

Qui n’a jamais rêvé de tout plaquer pour partir courir à travers le monde et découvrir de nouveaux horizons ? Et qui parmi ces rêveurs a mis son plan à exécution? Beaucoup d’appelés et très peu d’élus. Magda fait partie de ces personnes qui, un jour, franchissent le pas de tout laisser derrière soi, un temps pour vivre de nouvelles aventures. Pour Magda ce sera pour un an.

Magda est une jeune femme idéaliste et a choisi le marketing en pensant s’y épanouir pleinement. Alors que sa mission d’intérim en tant que chargée de projet en marketing prend fin, elle ne croit plus en ce métier. Métier très éloigné du contact humain, elle aspire à autre chose. Elle reste pourtant optimiste et tient quotidiennement un blog intitulé « Sassy Girl, dans la peau d’une amoureuse de la vie ». Alors qu’une nuit elle rêve de paysages d’Australie, sans jamais y avoir mis les pieds, c’est le déclic.

Sa quête commence ainsi par la recherche de sa cousine perdue de vue depuis des années et résidant en Australie. Elle réussit par y parvenir et son voyage commence. Ayant moins de trente ans, elle obtient un « visa tourisme-travail », sésame pour vivre et pouvoir travailler dans le pays pendant une année. Ses économies en poche, ses adieux à ses proches et la voilà parcourant toute l’Australie.

Partie seule, elle fait de nombreuses rencontres sur son chemin, d’autres jeunes, partis comme elle à l’aventure. Pour financer son voyage, elle devient tour à tour serveuse, femme de ménage, danseuse et même bénévole dans un circuit de course automobile. C’est à travers un ouvrage, qu’elle décide d’écrire à son retour, qu’elle raconte cette expérience. Une autre aventure et un rêve qu’elle décide de concrétiser.

Pendant son séjour en Australie, le compteur de son blog explose. Elle y parle de ses rencontres, ses visites, ses petits déboires…Madga a toujours aimé écrire et un de ces rêves était d’écrire un jour un livre. Avec le succès de son blog, beaucoup dans son entourage l’encouragent à en écrire un. C’est donc tout naturellement qu’elle met sur papier son aventure, jugeant plus simple d’écrire sur quelque chose qu’elle connaît.

Elle y consacre trois ans car prise par son travail. A la fin de son contrat, elle décide d’y consacrer entre quatre et cinq mois pour le terminer. La correction sera effectuée par une étudiante, future correctrice. Économie de moyens oblige. Quant à la couverture, elle demande à une amie. Le prix, lui n’est pas un prix d’ami, mais il faut bien qu’elle gagne sa vie juge Magda. Une fois ce premier travail fini, il lui reste le plus dur : se faire publier.

Elle envoie son manuscrit à une dizaine de maisons d’éditions. Le verdict est sans attente : aucune n’accepte de publier son ouvrage. Seules les petites maisons d’éditions à contrat participatif lui tendent la main…Mais à vrai dire, elles ne se mouillent pas énormément. Elles demandent en effet une participation à hauteur de 3000 € pour éditer 200 exemplaires. Au final, l’auteur ne toucherait que 8% sur la vente de chaque livre.

Hors de question pour Magda de se lancer dans cette voie là. Elle décide alors de s’auto-éditer et contacte un imprimeur qui lui propose un prix plus avantageux. Magda a aujourd’hui publié son livre qu’elle intitule « Voyage austral », Chronique insolite d’un rêve devenu réalité. Le principal pour elle était de partager sa passion.

« Je ne l’ai pas écrit pour moi, mais pour partager mon expérience avec les autres. Redonner fraîcheur, foi en la vie…» explique-t-elle. Son expérience, elle l’a dépeint avec beaucoup d’humour et d’auto-dérision dès les premières lignes de son ouvrage. Elle explique que cette aventure, que ce soit le voyage ou l’écriture, lui a permis de reprendre confiance en elle. Mais aussi qu’elle est revenue avec moins de stress face aux imprévus de la vie. Car des imprévus, son périple en est rempli !

Magda ne vit pas encore de sa passion et continue d’avoir un emploi alimentaire. Ce qui ne l’empêche pas de préparer le tome 2 pour qu’une nouvelle aventure commence.

Pour en savoir plus, ici

Chahira Bakhtaoui

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020