En mars dernier Lansala Delcielo avait rencontré deux jeunes chômeurs de Noisy-Le-Sec (93). Sept mois plus tard, il est retourné les voir. Que sont-ils devenus ? 

La Seine-Saint-Denis est le berceau d’une flopée d’artistes et de jeunes qui ont de l’arthrite à force de tenir les murs. Ces chômeurs, piliers fondateurs de ces tours délabrées ne veulent qu’une seule chose : un emploi ! Pendant ce temps les chiffres du chômage du mois d’août sont aux antipodes de la transparence. Ces fameuses données étaient tout simplement erronées, la baisse du nombre de chômeurs, de 50 000, a été amplifiée par un bug de SFR (empêchant l’actualisation de nombreux chômeurs). D’après le quotidien Le Monde, le chômage a reculé dans la zone euro pendant l’été, allons voir cela de plus près du côté de nos deux jeunes Noiséens.

Martin, 22 ans, chômeur depuis deux ans nous replonge dans son combat ! « J’ai trouvé le courrier par hasard dans ma boîte aux lettres. La formation est gratuite et non rémunérée et ne durera en tout qu’un semestre. Pour l’instant j’ai appris à coder des applis sur android… Je sais que le jour où j’irai chez Ubisoft, cette expérience, ça va peut-être faire la différence. » On dit que l’espoir fait vivre, mais malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Le répit est de courte durée, car le combat continue tant que le pied ne sera définitivement pas remis à l’étrier.

« Cela m’a redonné confiance en moi, je continue à chercher du boulot parce que 3 mois ça passe très vite. Je garde espoir malgré des réponses négatives du genre : « votre profil ne correspond pas au poste recherché » ». C’est la perpétuelle douche froide dans un lac gelé, où les solutions sont quasi inexistantes. « En attendant, il m’arrive d’aller faire du footing entre ma formation, ma recherche d’emploi et le visionnage de série américaine : Dexter, Breaking Bad », me lance Martin avec détermination.

« Je n’ai pas vraiment de projets en tête, mais je sais que le jour où je toucherai ma première paye je me ferai plaisir. J’achèterai du matériel high-tech, histoire de mettre à jour, car je suis encore à la Play 2 », relance-t-il.

Samba 25 ans, chômeur depuis un an et demi. « Pour ma part, c’est un retour à la case départ je suis au chômage depuis septembre. J’ai travaillé en tant que prometteur de vente durant 4 mois en CDD chez Orangina. Quand tu as un contrat, tu peux te permettre de faire des projets sur du long terme, car tu as constamment de l’argent qui rentre ! À l’époque quand je touchais le chômage, je stagnais quand même dans des problèmes financiers. J’ai mon petit studio, il est clair qu’avec la situation actuelle j’ai du mal à le meubler », livre amèrement Samba.

La désillusion frappe à la porte sans prévenir. La seule question que l’on se pose c’est : « combien de temps cela va-t-il durer ? » Sortir la tête de l’eau est plus que primordial, mais encore faut-il se relever ! « C’est triste, mais je ne fais rien de mes journées, je m’occupe de ma santé : je fais de l’hypertension artérielle. Il est clair qu’avant le problème ne se posait pas, car les médecins l’ont décelé récemment ! »

Le chômage est comme une salle d’attente où le temps n’est pas convié. Les épreuves continuent de s’abattre chez ce jeune Noiséen devenu entre-temps Bondynois et pour qui trouver du boulot s’apparente aux 12 travaux d’Hercule.

« Le problème est que je suis limité dans mes recherches, car il me faut des horaires aménagés, éviter à tout prix la pénibilité. C’est pas évident j’ai dû refuser deux jobs, dans le secteur de la livraison, car il me faut un climat sain. Dans ce domaine, il y a un tas de paramètres stressants : les horaires, le rendement, la conduite… Je compte faire les démarches pour obtenir le statut de travailleur handicapé, car mon niveau d’hypertension est compris comme un handicap ! Les chiffres mentent selon les mois, les saisons ! L’espoir est noyé dans des promesses d’embauches qui aboutissent autant que l’apparition des éclipses solaires. À mesure que les années passent on finit par connaître le refrain, on le chante à tue-tête même en dormant : « les chiffres du chômage sont exorbitants, car nous sommes en pleine récession » ! »

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020