Avant d’être l’événement de la rentrée diffusé et scruté dans toutes les stories Instagram, Impulstar c’est avant tout un tournoi de street-ball qui se joue à 5 contre 5, et qui reprend les codes du foot de rue. Les joueurs du tournoi sont âgés entre 14 et 16 ans, et chaque équipe inscrite représente un département d’Ile-de-France, ou une région de France, et s’affrontent dans une ambiance survoltée.

Derrière cette idée simple mais fédératrice, deux hommes : Bernard Messi et Meissa N’Diaye qui ont fait d’Impulstar, un événement attendu par toute la scène parisienne. « C’est une immense fierté car on a fait beaucoup de  travail pour le réaliser, on a rien lâché, on y a cru », confie Bernard Messi, concentré sur l’organisation de la journée sponsorisée par la branche française du réseau social Instagram.

La dixième édition s’est tenue aux pieds de la Tour Eiffel

Quand on l’interroge sur le bruit et l’ampleur de cette ‘Decima’ aux pieds de la tour Eiffel, le cofondateur du tournoi se mue en passeur décisif. « On a réussi à ramener un peu de lumière après c’est pas nous qui fournissons tout le travail, c’est vraiment la famille, les éducateurs sportifs et les joueurs. Ce serait trop prétentieux de récolter leurs lumières. »

Du Val d’Argent à la Tour Eiffel

Quelques jours avant la finale, les équipes d’Impulstar, associées à la plateforme Instagram, ont inauguré un nouveau city stade dans la cité du Val d’Argent à Argenteuil. Un nouveau terrain à destination des jeunes du quartier et des environs et qui verra peut-être les futures étoiles montantes du football français. Des gamins qui seront surement motivés par une fresque installée non loin de là, où l’on peut lire : « Laissez-nous rêver ». « On voulait faire plaisir, on voulait redonner  aux gens de ma ville, à la jeunesse et à tous ceux qui nous supporte depuis maintenant  10 ans il fallait marquer le coup avec Argenteuil », évoque avec fierté Bernard Messi, surnommé Nar-B.

Ce jour-là, également sur ce même terrain, s’est tenue la première édition du tournoi Impulstar féminin. Une compétition déjà relevée l’on a pu apprécier les performances des joueuses venues de toute la France et des joueuses  professionnelles du Paris-Saint-Germain comme Kadidiatou Diani, Léa Khelifi, Elisa  De Almeida mais également d’autres personnalités comme la chanteuse Lyna Mahyem ou l’influenceuse Fatou Guinea Kaba.

Just Riadh était présent pour le tournoi, qu’il n’aurait raté pour rien au monde.

Et si le tournoi se joue d’abord sur le terrain, Impulstar c’est aussi la puissance des réseaux sociaux. Portés par des ambassadeurs sportifs, musicaux, ou digitaux aux millions d’abonnés, le tournoi jouit d’une publicité hors-norme. «Impulstar pour nous c’est important ça parle foot donc ça nous parle, mais ça parle banlieue. Chez nous il y a des talents comme pas possible donc ça fait plaisir de  les mettre en avant ! Je serais toujours derrière impulstar, Nar-B c’est  mon ami donc on va essayer de faire ça au maximum», annonce Just Riadh, l’influenceur suivi par près de 4 millions de personnes sur Instagram.

Niska, Maes et Burna Boy en invités

Deux jours plus tard, au stade Emile Antoine, du côté de la tour Eiffel, les invités les plus prestigieux arrivent en loge certains en espace VIP tandis que la file d’attente grossit à l’extérieur où patientent  des centaines de fans pressés d’assister au tournoi et aux shows de Niska, Maes, et Burna-Boy notamment.

Face aux tribunes, sur le terrain, certains joueurs paraissent soucieux, d’autres excités de vivre leur match mais tous sont fiers d’être présents, d’être arrivé jusque-là. «Impulstar ça représente une récompense pour tout ce que l’on a accompli, c’est un plaisir de jouer avec d’autres personnes d’autres départements», confient Marouane et Mohamed, deux joueurs de la team Seleção, et originaires de Clichy-sous bois (Seine-Saint-Denis).

Marouane et Mohamed, fiers participants du tournoi Impulstar.

Le show bat son pleins mêlant prouesse footballistique et musicales, les stories et les  chansons défilent pour le plus grand plaisir du public et des invités. Parmi eux, Dinor rappeur et footballeur membre de l’équipe professionnelle de Sassuolo en Italie, tient un rapport particulier avec le tournoi. «Impulstar c’est particulièrement important pour moi car j’y ai participé il y a quelques années et maintenant j’y suis invité. Tant que Nard-B est là alors je serai là à Impulstar». Alors que la decima se termine sur la victoire des Galactiques d’Houilles (Yvelines) contre l’Ajem Zola (Essonne) dans la joie et la musique, les yeux de Bernard Messi restent concentrés sur une seule chose, le terrain.

Ryan Baruchel

Articles liés

  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021
  • Mineurs isolés étrangers : la coercition préférée à la prévention

    Pour répondre à la délinquance associée à certains mineurs non accompagnés (MNA) en France, les débats entre coercition et protection d’une catégorie de population souvent vulnérable et exploitée par les réseaux. Reportage à Paris et Bordeaux.

    Par Floriane Padoan
    Le 14/09/2021
  • Au centre social de Garges, la solidarité préférée au mépris de classe

    Alors que le Ministre de l'Éducation nationale persiste et signe, sur la mauvaise utilisation de l'allocation de rentrée par certains bénéficiaires qui favoriseraient les écrans plats, au centre social du Plein Midi à Garges-lès-Gonesse, on constate encore un peu plus la déconnexion. Bénéficiaires et personnel partagent la réalité de la précarité d'une ville pauvre, où l'on préfère la solidarité au mépris de classe. Reportage.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 09/09/2021