Il était une fois une famille en vacances. Elle était logée dans une somptueuse demeure, le voyage pour y arriver avait été rapide puisqu’elle avait voyagé avec son avion privé… J’arrête de me prendre pour princesse Sarah. Je suis certes partie en vacances, mais sans tout ce luxe : j’ai voyagé en voiture, et qui dit voiture, dit bouchons : sept heures pour faire Paris – La Rochelle.

Sur place, nous découvrons notre « demeure ». Le terme est un petit peu abusé même si nous avons la chance d’avoir une piscine sur la terrasse. La plage ne comptant pas parmi les offres touristiques de ma banlieue parisienne, quand on est en vacances, on en profite, du moins on essaie. L’inconvénient, sur la côte Atlantique, ce sont bien sûr les marées : un jour tu marches pendant vingt minutes pour accéder à l’eau, un autre c’est la mer qui veut à tout prix engloutir tes affaires…

Ce qui me plaît le plus, sur la plage, n’est pas seulement le paysage et la baignade mais aussi regarder les gens. Entre le petit garçon qui lutte pour faire son château de sable, le monsieur qui compte les nuages et la fille qui enlève ses derniers poils à la pince à épiler, j’ai dégoté plus marrant : un clan de mamies aux cheveux multicolores qui n’auraient manqué pour rien un jour de plage, d’après ce que m’a dit l’une d’entres elles, et leur teint le prouvait ! Un teint marron (horrible d’après moi), elles cherchaient sûrement à reproduire le phénomène Michael Jackson mais à l’envers, ou bien à attraper un cancer de la peau. Au choix.

C’est vrai qu’on fait de sacrées rencontres sur le sable. J’ai le souvenir d’un couple installé à côté de nous. Plus pessimiste, tu meurs : « Cette région ? Plus jamais ! Le temps est gris, les plages sont horribles, on a vu des bestioles dans le sable ! » Je me demande bien si on parlait de la même ville parce qu’on n’a rien vu de tout ça, de toute façon ce couple m’a paru un peu bizarre.

Nos vacances à La Rochelle ont coïncidé avec les Francofolies. La ville fut en fête pendant cinq jours. Jacques Dutronc, Alain Souchon, M, Gad Elmaleh, Diam’s et bien d’autres sont passés par le festival. Les gens étaient contents car il y en avait pour tous les goûts. De retour à Paris, bruit, pollution et stress sont fidèles au poste. A la différence du soleil.

Sarah Ichou

Précédent DARLA DIRLADADA : Les-Bronzés-4 : Idir-et-ses-potes-en-Tunisie

Sarah Ichou

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021